Mohamed Ali Ben Hamra : «On a des talents, mais on n’a pas les moyens»

 

Il a tout juste 26 ans, mais il est déjà à sa 5ème participation au Festival de Cannes. Il s’agit de Mohamed Ali Ben Hamra est un jeune producteur tunisien qui voit grand. Rencontre à Cannes.

Mohamed-Ali-Ben-Hamra-280512A seulement 26 ans, Mohamed Ali Ben Hamra sillonne les marchés du film : La Berlinale, La Mostra du Cinéma de Venise, Giffoni Film Experience, Torino Film Festival, et évidement le Festival de Cannes, où nous l’avons rencontré.

Originaire de Sousse, Mohamed Ali Ben Hamra obtient un baccalauréat section Technique, et choisit l’Italie pour poursuivre ses études supérieures. Il passe un concours et est admis à Polytechnique Turin où il entame des études en ingénierie mécanique. Rapidement, il décide de changer de filière. L’année suivante, il opte pour la filière «Ingénierie de Cinéma et des Moyens de Communication». Le cinéma était une passion, ce sera bientôt un travail.

Fin 2006, Mohamed Ali crée sa société en Italie, Polimovie International Pictures, avant de s’installer en Tunisie à partir de 2010. En six années d’activité, il produit 5 court-métrages réalisés entre la Tunisie, la France et l’Italie, et un long-métrage italien.

Pour la 65ème édition du festival de Cannes, le producteur Mohamed Ali Ben Hamra participe à différentes activités. Il accompagne le jeune Majdi Lakhdar dans la Fabrique des Cinémas du monde, sélectionné avec 9 autres réalisateurs venus du monde entier, pour son projet de film «Contente-toi du pire», et dont la production est assurée par sa société Polimovie International Pictures. Il est également ici pour participer à la 9ème session du Producers Network qui a accueilli 550 producteurs du monde entier. Mais il est surtout là pour chercher des financements et vendre ses films. «En Tunisie, on a un problème de salles et de sponsors. Les entreprises privées n’aident pas, les télévisions non plus. Le ministère de la Culture reste le seul soutien financier pour le cinéma». Une affirmation qui rejoint celle du réalisateur Amine Chiboub, également présent au pavillon tunisien à Cannes. «On a des talents en Tunisie, mais on n’a pas les moyens», affirme-t-il.

Actuellement, Mohamed Ali Ben Hamra prépare la production de son deuxième long-métrage, le premier tunisien, «Hourya», écrit et réalisé par Mehdi Hmili, dont le court-métrage, «La nuit de Badr» est présent au Short Film Corner de Cannes.

 

Voir la vidéo :

{youtube}jaY-kj-v5_w{/youtube}

Depuis Cannes, Sarah Ben Hamadi

 

A Lire :

Amine Chiboub : « La nouvelle vague du cinéma tunisien arrive »

Tunisie : Le ministre de la Culture défend le cinéma africain à Cannes

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu






  • Envoyer