Al Mayadeen, la nouvelle chaîne d’information de Ghassen Ben Jeddou

 

Lancement aujourd’hui de la nouvelle chaine d’information arabe «Al Mayadeen», fondée par le journaliste tunisien Ghassen Ben Jeddou. Une chaîne qui se dit «indépendante» et pense tracer une nouvelle voix dans l’audiovisuel arabe.

chaine-mayadeen-110612-440_thumb«Cette chaîne (…) a été créée pour interagir avec la scène des révolutions et des manifestations arabes, observer la résistance populaire à l’occupation et représente une immunité politique face à l’hégémonie» avait déclaré Ghassen Ben Jeddou lors d’une conférence de presse annonçant la création de la chaîne en juillet 2011. Ancien directeur du bureau d’Al Jazeera à Beyrouth, le journaliste tuniso-libanais avait démissionnée de la chaîne qatarie en avril 2011, en l’accusant de partialité dans le traitement des soulèvements des pays arabes notamment en Libye, au Yemen et en Syrie et dénonçant une couverture «biaisée» des évènements. « Al Jazeera a perdu son professionnalisme et son objectivité, et est passée d´une chaîne de télévision à une cellule d´opérations encourageant l´incitation et la provocation».a-t-il déclaré à un journal libanais As-Safir. Ben Jeddou décide dès lors de fonder sa propre chaîne d’information : «Honnêtement, après El Jazeera que je considère comme le plus important média documentaire dans le monde arabe, je ne me voyais pas ailleurs, alors j’ai décidé de lancer ma propre chaîne TV » avait-il affirmé.

C’est ainsi qu’est née Al Mayadeen, avec comme co-fondateur avec un autre démissionnaire d’Al Jazeera , le libanais Sami Klein, ainsi que Nayef Krayem un ancien de la chaîne Al Manaar. Le slogan d’Al Mayadeen : «La réalité telle qu’elle est». Le nom est lui inspiré de «Mayden Tahrir» (Place Tahrir), un clin d’œil aux places du monde arabe devenues agoras de soulèvements depuis dix-huit mois.

Avec un siège à Beyrouth, des bureaux à Tunis, au Caire, Ramallah, Al Qods, Damas, Londres, Moscou, Washington, New-York, Téhéran, et des reporters un peu partout dans le monde, Al Mayadeen se pose déjà en véritable machine d’information. 500 employés seraient déjà recrutés. Et en plus d’avoir la crème des journalistes arabe, «Al Mayadeen » peut aussi compter sur une recrue de taille, et qui fera certainement parler d’elle, le député de la Chambre des Communes et fervent défenseur de la cause palestinienne, l’anglais George Galloway. Il animera l’émission « Kalima Horra », une émission qui, selon le journal libanais Al Akhbar, sera le fer de lance de la chaîne.

Al Mayadeen, réussira-t-elle à se frayer une place le paysage médiatique arabe ? Pour Yves Gonzalez-Quijano, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, elle va avoir du mal. « ‘coincée’ qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires.». Mais au-delà de la concurrence des autres chaînes d’information, Al Mayadeen se heurte à un autre obstacle, elle est taxée, avant même d’être lancée, d’être proche du Hezbollah. Une étiquette qu’elle devra s’en débarrasser rapidement.

Diffusée sur Nilesat (vertical-11392) Hotbird (vertical-12111) et Arabsat (horizontal-11958), Al Mayadeen émettra à partir d’aujourd’hui. A une époque où les médias sociaux semblent avoir gagné du terrain par rapport aux médias dits-traditionnels, Ben Jeddou semble lancer sa chaîne TV avec de très grandes ambitions. Son pari serait-il trop risqué ? Wait & see…

 

Sarah Ben Hamadi

A Lire :

Al Jazeera lancera bientôt une chaîne en français

Conférence internationale de l’UNESCO: «Le rôle des médias n’est pas de dire que tout va bien»

Tunisie : Le rapport de l’INRIC dresse un lourd bilan du secteur de l’information

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Matos






  • Envoyer