Tunisie : Mosaïque Fm censuré par Youtube durant 24 heures

 

Durant 48h, le channel YouTube de Mosaique Fm a été supprimé par la plateforme de Google. Le hic ? Une vidéo qui ne respecterait pas les conditions d’utilisation.

«Ce compte a été clôturé suite à des cas graves ou répétés de non-respect de nos conditions d’utilisation», affiche le channel YouTube de Mosaïque FM, mercredi 17 juillet. De quelle vidéo s’agit-il ? Pourquoi c’est le compte de Mosaïque avec ses 400 vidéos qui a été supprimé et non la vidéo en cause ? YouTube ne donne pas plus d’explications.

dieudonne_portrait_referenceWifek Gouja, chef du département web chez Mosaïque FM, en parle : «A vrai dire, nous ne savons pas quelle vidéo a provoqué la suppression du compte». L’équipe web a porté ses soupçons sur une vidéo de Dieudonné, comédien souvent accusé d’«antisémitisme» et censuré en France et dans certains autres pays d’Europe. En effet, la suppression du channel de la première radio privée tunisienne a eu lieu 24h après la publication d’un reportage filmé à «Rendez-nous Jésus», spectacle donné, mardi 17 juillet, par l’humoriste français au Festival International de Hammamet. «Nous avons été surpris de trouver le compte de Mosaïque supprimé sur Youtube. Par la suite, nous avons reçu un mail qui nous justifiait cette décision par le non respect des conditions d’utilisation» ajoute Mme Gouja.

mosaiquefm-21071224 heures plus tard, le compte de Mosaïque FM est réactivé par Youtube qui envoie, par la même occasion, un mail confirmant la non-violation du règlement après vérification. «Toutes les vidéos sont là y compris celle de Dieudonné sur laquelle nous avions des soupçons» déclare la responsable de Mosaïque Fm.

youtube210712Il arrive que YouTube supprime une vidéo qu’il estime violant ses conditions d’utilisation, ou après que les internautes la signalent massivement. Mais dans le cas de Mosaïque FM, la plateforme de Google n’a pas seulement censuré une vidéo qui serait non conforme à son règlement mais a procédé à la suppression du compte de Mosaïque avant même de vérifier.

Et ce n’est pas une première nationale. En janvier 2011, une vidéo filmant la répression des manifestations en Tunisie, postée par Fabrice Epelboin, éditeur de ReadWriteWeb France, feu blog dédié aux technologies, a été censurée par YouTube. La firme de Mountain View a fait valoir l’argument de la «violence» comme non respect des conditions d’utilisation. De sa part, Epelboin estimait que cette vidéo avait une «valeur informative ». Une attitude assez paradoxale chez YouTube qui avait laissé en ligne certaines vidéos très violentes dont celle de la pendaison de l’ancien président irakien Saddam Hussein.

S.B.H

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Medias






  • Envoyer