Tunisie : Ahmed Mejri, un fou du roi Zaba à Carthage

 

Il y a 2 ans, un CD mauve a été distribué aux radios tunisiennes. Il contient un morceau chanté par Ahmed Mejri et Manel Amara. Ils y saluent le dictateur déchu. Sauf que le temps des fous du roi Zaba n’est pas révolu. Ahmed Mejri sera, demain, sur la scène de Carthage en première partie d’Alpha Blondy.

chabab-el-alem-230712Banales et superficielles, les paroles de «Chabab Al-Alam» sont estampillées sur un fond mauve. De quoi bien afficher la couleur politique : du benalisme cru. Fruit d’un panachage de trois langues, la diarrhée verbale est à l’image de la (in)culture prônée par la politique du président déchu. Mieux ! Non seulement auteur de cette médiocre poésie novembriste, Ahmed Mejri l’interprète, en duo avec Manel Amara. Et il y a appelle ses auditeurs à «saluer zine echabab». De la variétoche en manque de créativité.

C’est que ce morceau-hommage au tyran, sorti en 2010, s’inscrit dans la campagne de «L’Année Internationale de la Jeunesse». Cette action de propagande servait à maquiller un pouvoir autoritaire marginalisant les jeunes et les opprimant. Tel un écran de fumée, cette opération jouait un rôle de blackout sur les dépassements des Droits de l’Homme, y compris ceux de la jeunesse.

Produit par Ettounissia Prod avec la mention «dédicace d’Ahmed Agrebi Jeribi», fils de la sulfureuse Saida Agrebi, la chanson «Chabab Al-Alam» manifeste l’étendue des activités de la familia. Ainsi, le dictateur a rarement été aussi bien servi par un chanteur. Il faut, toutefois, rappeler que la concurrence était bien rude entre les fous du roi Zaba. Mais, depuis, ont-ils pris du recul ? Les nouveaux gouvernants, ont-ils fait d’autres choix ?

Pas vraiment. Et c’est là où le bât blesse. La participation d’Ahmed Mejri, dans le cadre de cette 48ème édition du Festival International de Carthage, en est la preuve vivante. Il est à l’affiche du concert du mardi 24 juillet, en première partie de l’emblématique reggae man ivoirien Alpha Blondy. Ainsi, il va chanter aux frais du contribuable. Deux ans, après avoir participé à la campagne de propagande lancée par Ben Ali, il est bien chouchouté par les nouvelles autorités. C’est qu’ils ont les oreilles dressées aux mélodies mauves. Il semble que la musique des jeunes intègres et novateurs groupes de reggae à l’instar de Barbaroots, Nouveau Système et autres ne semble pas être au goût des hommes aux commandes de l’administration culturelle tunisienne.

Thameur Mekki

Lire aussi :

Tunisie : Alpha Blondy sans censure

Tunisie : Brigadier Sabari en Live

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu






  • Envoyer