Tunisie : «Bent Walad», enfants illégitimes d’«Un gars, une fille»

 

Les ressemblances entre les deux séries sont frappantes. Mais Naoufel Ouertani, co-scénariste de «Bent Walad», refuse d’admettre qu’il s’agit d’une adaptation. C’est que les producteurs de cette série n’ont pas acquis les droits nécessaires pour travailler dans la légitimité.

bent-wled-260711Diffusée sur Attounissia TV depuis le début du mois de ramadan, «Bent Walad» est une nouvelle sitcom de 30 épisodes, dont la durée de chacune est de 12 minutes. Co-écrite par Naoufel Ouertani et Slim Ben Smail, réalisée par Sami Mezni et produite par Not Found Prod et Cactus Prod, «Bent Walad» nous rappelle bien la sitcom «Un gars, Une fille», connu par une bonne part de l’audimat tunisien sur France 2 depuis le début des années 2000.

Le concept, le graphisme du générique, les personnages, autant d’éléments fondamentaux se conforment. Le co-scénariste Nawfel Ouertani le nie : «Ce n’est pas pareil. «Bent Walad», c’est Tunisien». Il nous confie ne pas avoir acquis les droits d’adaptation du concept original. «Il y a eu beaucoup d’adaptations d’«Un gars, Une fille» dans le monde, je ne pense pas qu’ils [les producteurs, ndlr] aient tous achetés les droits. Et puis, nous n’avons pas les moyens de le faire» déclare-t-il à TeKiano.

«Même l’habillage n’est pas le même !» ajoute-t-il se laissant trahir par un éclat de rire. Pourtant, les similitudes dépassent le titre et le synopsis. Le plagiat de la version originale a même touché la manière de filmer. En effet, une des particularités de la sitcom «Un gars, Une fille», c’est d’avoir des scènes où seuls les deux personnages principaux sont visibles de face. Leurs interlocuteurs sont toujours filmés de dos. Idem pour «Bent Walad». Coïncidence ? «Si on filme de la même manière qu’Almodovar, devrait-on lui payer des droits d’auteurs ?» ironise Ouertani.

un-gars-une-fille-260712Créée en 1997 par l’animateur canadien Guy LaPage, lui-même acteur principal, «Un gars, une fille» est avant tout une série québécoise. Après lui avoir retiré son émission «Besoin d’amour», Guy Lepage avait décidé, avec son producteur, de récupérer des scènes humoristiques et d’en faire des sketchs de 26 minutes. Jusqu’à 2003, 131 épisodes ont été diffusés sur la chaîne tv publique Radio Canada.

L’énorme succès de la série a dépassé les frontières canadiennes. Le concept a été vendu et reproduit dans 24 pays dont l’Allemagne, la Bulgarie, l’Italie, la Pologne, la Turquie, la Suède, le Liban et autres. Même nos voisins de l’ouest ont leur propre version. Il s’agit de Soussou et Nounou, diffusée sur la Télévision Algérienne.

Mais c’est surtout la version française que le public tunisien connait bien. Diffusés sur France 2 entre 1999 et 2003, les 485 épisodes de 6 minutes racontent d’une manière humoristique le quotidien d’un couple français joué par l’acteur, désormais «oscarisé», Jean Dujardin et Alexandra Lamy.

Sarah Ben Hamadi

Lire aussi :

Tunisie : Cactus Prod, un invité plus riche que son hôte


Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Matos






  • Envoyer