Tunisie : La Colère des «Complémentaires»

 

Partis politiques, associations et autres mouvements issus de la société civile vont se rassembler, ce soir, à partir de 21h à la Place du 14 Janvier. Cette fois-ci, la Fête de la Femme est célébrée dans un contexte bien particulier. Retour sur une polémique.

selma-mabrouk-1300812Le scandale a rapidement échappé aux murs de la salle où se réunissent les membres de la commission des droits et des libertés à l’Assemblée Nationale Constituante. C’est la députée Selma Mabrouk, membre d’Ettakatol, qui l’a exporté aux réseaux sociaux.

«Mauvaise journée à la commission droits et libertés» écrit-elle, le 01 août, sur sa page Facebook. «Cette séance a servi de prétexte aux députés Ennahdha de revenir sur le principe d’égalité entre hommes et femmes, principe qu’on avait entériné à l’unanimité dans l’article 22 !» poursuit Mme Mabrouk.

Voté à la commission des droits et des libertés, l’article 28, traduit par la députée, stipule que «l’État assure la protection des droits de la femme sous le principe de complémentarité avec l’homme au sein de la famille en tant qu’associée de l’homme». Ainsi, le principe d’égalité entre l’homme et la femme a été remis en cause. «La complémentarité avec l’homme», tel est l’extrait qui a déclenché la polémique. Levée de bouclier du côté de certains partis politiques et certaines institutions de la société civile.

ahlem-belhadj-100812Mme Ahlem Belhadj, présidente de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) a déclaré, vendredi dernier, lors d’une rencontre avec la presse : «Cet article constitue un réel danger pour les droits de la femme tunisienne. Au nom de la complémentarité, on peut nous dire que ”l’homme travaille et la femme tient la maison et les enfants. Au nom de la famille, on peut permettre la polygamie». Et elle martèle : «C’est inadmissible, cet article ne doit pas être inscrit dans la constitution».

Son association ainsi que l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD) et la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) se rassembleront, ce soir, à partir de 21h à la Place du 14 Janvier. Ils y manifesteront avant de défiler dans l’avenue Mohamed V et célébrer la Fête de la Femme à la Place des Droits de l’Homme.

De leur côté, le Partis de l’Appel de la Tunisie, le Parti Républicain, le parti de la Voie Démocratique Sociale et autres formations politiques soutenues par une pléiade d’associations partiront de la Place du 14 janvier pour manifester dans l’avenue Mohamed V avant de se réunir au Palais des Congrès. Quant à l’UGTT, ses militants appellent à un rassemblement dans l’Avenue Bourguiba au niveau de la statue d’Ibn Khaldoun.

Sarah Ben Hamadi

A lire : 

– Tunisie : Négociations entre Ali Laârayedh et les Femmes Démocrates

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Politik






  • Envoyer