JCC 2012 : Dix films tunisiens en lice et le cinéma asiatique à l’honneur

 

La 24ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) aura lieu du 16 au 24 novembre 2012. Deux longs-métrages de fiction, parmi dix en lice, représenteront la Tunisie selon M. Fethi Kharrat, directeur du cinéma au sein du ministère de la culture.

jcc-2012-070912M. Kharrat a précisé que les dix productions en lice et qui ont été visionnées par «la commission de sélection des films», sont soumises aux critères de l’esthétique au niveau de la réalisation, du scénario et de l’interprétation. Les films en question sont: Jeudi après-midi de Mohamed Damak, Je ne meurs jamais de Nouri Bouzid, Le Professeur de Mahmoud Ben Mahmoud, Le dernier mirage de Nidhal Chatta, Dima Brando de Ridha El Behi, Affreux, cupides et stupides de Brahim Letaief, Fausse note de Mejdi Smiri, Mor wa sabr de Nasereddine Sehili et Bab El Fella de Moslah Kraiem.

Par ailleurs, Fethi Kharrat a révélé que cette nouvelle édition célébrera le 7ème art asiatique dont notamment les cinémas japonais et iranien, ajoutant que le festival conservera les mêmes sections, à savoir ”La compétition officielle”, ”panorama du cinéma tunisien ”, ”Les séances spéciales” et ”Cinéma du Monde”. Concernant la composition du jury, il a fait remarquer que la liste n’a pas encore été définitivement arrêtée, mais que le réalisateur égyptien du film Microphone, Ahmed Abdallah, lauréat du Tanit d’or aux JCC 2010, fera partie du jury, conformément à la tradition du Festival. De son coté, le réalisateur Brahim Letaief a souligné qu’il est en train de préparer le programme de l’atelier de projets, une initiative instituée en faveur des réalisateurs arabes et africains pour la promotion de leurs projets.

Quatre prix seront consacrés aux meilleurs scénarios, sachant que la valeur d’un seul prix est de dix mille euros (20 mille dinars tunisien). Plusieurs rencontres auront lieu aussi avec la participation de grands producteurs arabes et africains dans le cadre du «Réseau des producteurs» ou «Producers network ».

 

TAP

A Lire :

Tunisie : «Hezz ya wezz», les salafistes bientôt au cinéma

«Fausse note», un film noir et loin des clichés tunisiens

Cannes 2012 : «La part des anges» de Ken Loach, une belle comédie sociale

«Après la bataille» de Yousry Nasrallah déçoit Cannes

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer