Tunisie- Foire du livre 2012 : Forte présence du livre religieux

 

Dernier jour pour la 29éme édition de la foire internationale de Tunis. Une édition satisfaisante pour certains, décevante pour d’autres. Les livres religieux ont été très présents. Les livres sur l’Histoire de la Tunisie ont été très demandés. Reportage.

foire-livre-religieux-09111La foire internationale du livre arrive à son terme. À chaque édition, l’évènement réussit à attirer l’attention du grand public. Pour cette année, et selon certains observateurs et exposants, il y a une grande affluence sur les livres religieux, beaucoup plus présents (et accessibles) que les livres artistiques, culturels, d’histoires ou scientifiques. «J’ai remarqué qu’il y a une grande présence des livres religieux, moi personnellement je suis venue spécialement à la foire pour acheter le Coran traduit en français avec un prix moins cher qu’ailleurs. J’ai constaté qu’il y’a rien de nouveaux cette année mis à part les livres religieux», nous confie une visiteuse.

Au stand des Cérès éditions, «Ce sont les livres qui raconte l’Histoire de la Tunisie et ceux de la révolution qui ont été les plus demandés» nous raconte Wided Ben Yahmed, attachée de presse de la plus ancienne maison tunisienne. Les livres sur l’Islam sont également très demandés à l’instar de «Hîjab, nouveaux voiles et espaces publics» de Mohamed Kerrou et «L’exception Islamique» de Hamadi Redissi. D’autres parutions plus récentes de la maison ont fait le succès du stand comme «Vierges ? La nouvelle sexualité des Tunisiennes» de Nédra Ben Smail.

Malgré une affluence non négligeable, M. Alaâ Elhoucini, superviseur des librairies au comité égyptien des livres estime que «la fréquentation n’est pas aussi importante comparée aux précédentes éditions», et d’ajouter «L’organisation de la foire doit prévoir des fiches comportant les numéros des stands et les schématiser aux visiteurs pour faciliter leurs visite». Hasna Ktiti, responsable du service commercial de Sud éditions, relativise «Le nombre des visiteurs s’est élevé pendant le week-end, nous sommes très satisfaits de notre participation, même si les ventes sont moins importantesque les années précédentes étant donné la situation que la Tunisie traverse».

L’auteur Kamel Riahi fait lui partie des déçus de la foire : «La foire du livre est le seul événement qui a été reporté après la révolution et cela reste toujours injustifié. La dominance des livres islamiques est étudiée par certaines maisons d’éditions qui ont traduit la dominance du parti islamiste en Tunisie », et d’ajouter «Les activités et les invités reçu lors de la foire ne répondent pas à l’attente du public ni celle des professionnels du domaine».

Révolution oblige, un stand a été dédié aux livres interdits sous Ben Ali ; cela va des livres de la politique au religieux avec des livres de Cheikh Chaârawi et Ibn Taymia. Et évidemment, nous n’avons pas raté les livres de sorcellerie, de voyance, d’interprétation des rêves, toujours présents dans la foire, avec des titres qui ne manquent pas d’attier une certaine catégorie de lecteurs…

 

{loadposition album-foire-du-livre-2012}

 

Chaima Bsibes

A Lire :

Tunisie : Première maison d’édition numérique spécialisée en Islam

Tunisie – Foire internationale du livre : Yasmina Khadhra n’honore pas son rendez-vous

Tunisie – Foire du livre 2012: une édition “sans censure”

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu






  • Envoyer