Tunisie : « Monstranum’S » : Jeu de chaises post-révolutionnaire

 

aff-monstranumsLa pièce de théâtre « Monstranum’S », mise en scène par Ezzedine Ganoun, écrite par Leila Toubel et proposée au théâtre El Hamra, nous met face à des monstres que nous nous forçons d’ignorer, qui changent de robes au gré des conjonctures et qui s’accrochent à leurs chaises plus qu’à tout autre chose, dans un pays qui se bat et se débat pour rester debout.

Il s’agit là de la première pièce de théâtre mise en scène par Ezzedine Gannoun après la révolution. Le metteur en scène a tenu à préciser, non sans émotions, que c’est sa première pièce qui n’a pas été assujettie à la censure et c’est tant mieux pour le public. Sans langue de bois et avec un langage frontal suggestif, le texte de Leila Toubel ne ménage pas et expose les magouilles, combines et mesquineries que les acteurs inventent pour arriver à leurs fins ; s’enrichir et avoir encore plus de pouvoir.

Monstranum’S ou Ghaylène, c’est l’interaction entre cinq personnages prétentieux et opportunistes, par choix ou un concours de circonstances malheureux. La fille de joie qui se rachète à coups d’œuvres de bienfaisance, le richard lécheur de bottes prêt à descendre bas pour avoir ce qu’il veut, l’homme des médias qui veut briller, la chanteuse qui s’habille ou se déshabille au gré des demandes, et le jeune homme démuni rongé par la misère mais dont l’ambition est débordante.

Ils évoluent tout au long de la pièce sur des chaises roulantes. Ils bougent et dansent sans presque jamais les quitter, comme s’ils étaient cloués à ces sièges et que leur survie en dépend. Un décor qui appuie l’acharnement au pouvoir et la quête d’un rang social plus élevé proposant des tableaux dansants inhabituels.

Leurs intérêts se confrontent, se rejoignent parfois, des circonstances les opposent mais les allient à la fin pour protéger leurs biens et positions. Avec ces monstres, tout est bon pour protéger sa situation, et ce n’est pas la Tunisie post révolutionnaire avec son changement de cadre politique et ses nouvelles orientations idéologiques qui va les empêcher de surfer sur la vague, retourner leur veste et se faire pousser la barbe et mettre le foulard.

Monstranum’S veut introduire des monstres humains «qui ont des pieds et des mains… des visages inattendus, qui changent – avec le temps et les rebonds – de forme, de couleur et d’expression», qui portent des masques pour cacher leur laideur intérieur. Nous les côtoyons tous les jours et nous essayons d’ignorer leur coté obscure.

C’est une histoire qui se conjugue au présent, qui commence, s’excite mais qui ne finit pas. Le dernier acte de l’histoire s’invente pas à pas. Tu en sors avec des questionnements et un presque dégoût des personnages criant fort une vérité qui nous envahit, nous poursuit chaque jour, une vérité qu’on vit mais qu’on ne gère pas encore. Une pièce qui vous met en pièces certes, mais vous en sortez les yeux grands ouverts. A voir au théâtre El Hamra pour un nouveau cycle de représentations les 24, 25 et 26 janvier 2012.

 

Sara Tanit

A Lire :

Des artistes réunis pour rendre «hommage à la femme tunisienne libre ! »

Tunisie – « Stand By » : Une pause théâtrale d’un nouveau genre

Tunisie : La Téléréalité massacrée par «The End»

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu






  • Envoyer