Le SNJT proteste contre l’agression de journalistes par des policiers

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a fait savoir, lundi, qu’il a protesté auprès du ministère de l’Intérieur, contre l’arrestation du journaliste de la chaîne Nessma TV, Skander Alouini, et le cameraman, Arbi Ayari, alors qu’ils effectuaient leur travail à l’Avenue Habib Bourguiba à Tunis.

Le syndicat a aussi précisé, dans son communiqué, que les deux journalistes ont été conduits au poste de la police de Bab Bhar, où ils étaient ” détenus et harcelés pendant plus d’une demi-heure, et contraints de signer un procès verbal d’interrogatoire illégal “.

La même source a indiqué que l’unité sécuritaire auteure de l’agression contre les journalistes a avancé pour prétexte l’absence d’autorisation préalable, en violation flagrante du décret-loi 115.

Le syndicat a fait également remarquer que depuis l’assassinat de l’ingénieur Mohamed Zouari, les pressions exercées sur les journalistes et les correspondants, se sont multipliées. Des autorisations préalables leur sont demandées, malgré la protestation du syndicat auprès du ministère de l’Intérieur et de la Présidence du gouvernement.

Le syndicat a ainsi fait porter la responsabilité de l’arrestation de l’équipe de Nessma TV, au ministre de l’Intérieur, affirmant avoir demandé, à maintes reprises, l’émission d’une circulaire pour les unités sécuritaires au sujet des autorisations. Le SNJT estime que le fait d’ignorer cette revendication revient à protéger les agresseurs.

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias   Ness   News






  • Envoyer