La Fondation BIAT présente une étude inédite sur l’enseignement de l’entrepreneuriat à l’université

La Fondation BIAT a présenté une étude inédite sur l’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités en Tunisie, à l’occasion de la nouvelle édition des Cercles de l’Entrepreneuriat qu’elle organisait le 8 mai à Tunis.

Une centaine de participants (professeurs, étudiants, entrepreneurs, représentants des structures d’appui et de l’écosystème tunisien et international…) avaient répondu présents à l’invitation de la Fondation BIAT pour débattre de l’état des lieux et des pistes d’amélioration de l’enseignement de l’entrepreneuriat dans le pays.

Les enseignements de l’étude réalisée par Houda Ghozzi (enseignante à IHEC) pour le compte de la Fondation BIAT sont multiples mais convergent vers un constat partagé par l’auditoire : la culture entrepreneuriale est récente et encore assez peu transmise à l’université mais les initiatives se multiplient depuis quelques années. L’introduction de la « Culture entrepreneuriale » au niveau des licences, par exemple, ne date en effet que du début des années 2000.

13 masters spécialisés en entrepreneuriat sont proposés en Tunisie, dont seulement deux dans les universités privées. En école d’ingénieur, seul existe le master DICAMP regroupant l’ENIT, l’IHEC et l’ESSECT. Quant au nombre d’étudiants, ils sont, chaque année quelque 300 à sortir diplômés de masters spécialisés en entrepreneuriat.

L’étude réalisée par la Fondation BIAT a conduit à interroger 308 étudiants issus de 29 institutions multidisciplinaires, publiques et privées, à Tunis et dans les régions. Parmi eux, une très forte proportion (94 %) ont bénéficié de cours sur l’entrepreneuriat mais seuls 24% ont eu plus de 3 cours.

Plus des 3/4 des enseignants utilisent des méthodes interactives sur l’entrepreneuriat, dont 75 % intègrent la réalisation d’un projet par leurs étudiants.

Selon les étudiants interrogés, les cours dispensés développent des compétences techniques (business model – 45 % ; gestion de projet – 39 %), la confiance en soi (42 %) et l’esprit d’initiative (43 %) mais peu l’autonomie (16 %) où les connaissances financières (28 %).

Autre enseignement de l’étude : la formation entrepreneuriale n’engendre pas une solide motivation à entreprendre : seuls 29 % des étudiants disent en avoir une intention forte (21 %) ou très forte (8 %) à le faire.D’ailleurs, même si 42 % des interviewés trouvent très attractive l’idée d’entreprendre, et 41 % disent probable de le faire, le passage à l’acte n’est qu’à moyen (58 %) ou long terme (17 %).Parmi les freins exprimés, lecapital de départ (57 %) et les risques financiers (44 %) sont cités comme les principaux obstacles pour lancer un projet entrepreneurial. En revanche, la charge de travail ne fait pas peur aux étudiants qui ne sont que 14 % à la craindre.

Plusieurs intervenants tunisiens et étrangers ont fait part de leurs expériences des initiatives entrepreneuriales : Jihene Zouitene d’IHEC et Noomen Lahimer de MSB pour la présentation de programmes de formation intra-universitaire ; Houda Ghozzi d’Open Startup Tunisia pour la formation inter-universités ; Elyes Hachana d’Enactus pour ses initiatives de terrain.

IvyShultz, responsable du pôle entrepreneuriat de l’Université de Columbia (New York), ainsi que Jean-Michel Dalle, directeur de l’incubateur français Agoranov, étaient les témoins étrangers de cette 3e édition des Cercles de l’entrepreneuriat.

Tekiano avec communiqué

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Emploi   Ness   TopNews






  • Envoyer