Atelier PEACEapp : Des jeux vidéo créés par des jeunes migrants et réfugiés pour impulser le dialogue interculturel

Une trentaine de jeunes migrants et réfugiés en provenance de dix pays ont été formés à la création de jeux vidéo via la plate forme de jeu (MIT Media lab SCRATCH).

Cette formation s’inscrit dans le cadre d’un atelier de trois jours sur le thème “PEACEapp”, tenu du 28 au 30 Janvier courant au centre national de l’information pour l’enfant (CNIPE) à l’initiative de l’alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), en partenariat avec l’association ado+, l’Organisation internationale pour les migrants (OIM), le haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et le croissant rouge tunisien.

Cette rencontre vise notamment à impulser le dialogue interculturel et à offrir à des jeunes migrants et réfugiés un espace d’échange et de création, a déclaré Jordi Torrent, représentant de l’UNAOC.

Elle a aussi pour objectif de développer auprès de ces jeunes le sens de la créativité, de contribuer à l’alphabétisation digitale et de créer des jeux instructifs et à vocation sociale et humanitaire, a-t-il ajouté.

Trois autres rencontres similaires ont été organisées dans d’autres pays, en l’occurrence Kenya, Espagne et Maroc, a-t-il fait savoir.

De son côté, Dhoha Jourchi, membre de l’association ado+, a affirmé que cet atelier a représenté un lieu de rencontre et d’échange culturel pour ces jeunes venus de plusieurs pays. Ces jeunes, a-t-elle précisé, viennent notamment de Cameroun, Côte d’Ivoire, Kenya, Syrie, Yemen, Nigéria, Tchad, Rwanda, Bénin et la Tunisie.

Wissem Bel Egha, la formatrice qui a dirigé les travaux des jeunes migrants et réfugiés a souligné que les jeux vidéo qui ont été créés par ces jeunes dénotent de leur sens de créativité, précisant que le thème principal de ces jeux est ” l’immigration “.

La jeune réfugiée syrienne, Wafa Assâad, s’est félicitée de cette expérience, estimant qu’elle a contribué à surmonter ses difficultés d’intégration sociale.

La création de ces jeux a permis de partager nos soucis et à exprimer notre aspiration à une cohabitation pacifique et réussie dans le pays d’accueil, a-t-elle ajouté.

Ces jeunes migrants ont tenté de transmettre à travers les jeux créés différents messages : une jeune migrante du Cameroun a créé un jeu vidéo pour souligner que ” l’amour n’a pas de couleur “, et que la couleur de la peau ne doit jamais former un obstacle pour réussir une intégration sociale.

Des attestations ont été remises aux jeunes participants lors de la cérémonie de clôture de cet atelier.

L’alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC) est une initiative spéciale du secrétaire général des Nations Unies visant à promouvoir le dialogue interculturel, la compréhension et la coopération. L’UNAOC travaille principalement dans quatre domaines prioritaires, (l’éducation, la jeunesse, les médias et la migration), en utilisant une approche multidisciplinaire et multi-perspective. En développant un certain nombre de projets novateurs et d’initiatives clés, l’UNAOC stimule l’innovation, comble les lacunes existantes, mobilise un public plus large et contribue à un changement social positif.

Suite à cet atelier, les participants continueront à développer une application ludique avec le soutien du développeur de jeux vidéo tunisien Galachtech. En plus de renforcer les connaissances technologiques des participants, PEACEapp sera également une plateforme encouragent la créativité et le développement des compétences de dialogue interculturel de tous les jeunes participants.

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Games   News   Tek






  • Envoyer