Tunisie : Le militant et le syndicaliste Salah Zeghidi n’est plus

Le militant syndicaliste et activiste de gauche, Salah Zeghidi, est décédé, ce lundi, à l’âge de 78 ans, après un long combat contre la maladie.

Le défunt a entamé son parcours politique au début des années soixante lorsqu’il a rejoint les bancs de l’université en France où il a intégré le Parti communiste tunisien (PCT) et le mouvement estudiantin de l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET).

A son retour à Tunis, Salah Zeghidi a été empêché de travailler en raison de ses activités politiques. Il a été arrêté, une première fois, en 1966 et contraint d’effectuer son service militaire. Il a été transféré à Kébili avant de réintégrer les bancs de l’université en 1968.

Salah Zeghidi a été arrêté une deuxième fois en 1968 avec un groupe de militants de gauche et écopé d’une peine de deux ans et quatre mois passée à la prison de Borj Erroumi, à Bizerte, selon son frère Bouraoui Zeghidi.

Joint par l’agence TAP, le frère du défunt a indiqué que l’année 1971 a été marquée par le commencement de ses activités syndicales. Il avait obtenu un emploi et contribué à la création de la première fédération syndicale des banques en 1972.

En 1986, Salah Zeghidi a adhéré à la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme. Il a gravi les différents échelons au sein de la LTDH jusqu’au poste de vice-président.

Salah Zeghidi a, tout au long de sa vie, participé à la création de plusieurs associations qui militent en faveur des libertés individuelles et collectives et pour la neutralité de l’administration et des lieux de culte.

Il a, aussi, milité pour le rassemblement de la gauche tunisienne et contribué à plusieurs initiatives, dont l’Initiative Démocratique en 2004, un mouvement qui dénonçait “le dispositif de contrôle et de répression du système Etat-parti sur la société” et tentait de “jeter les bases d’un mouvement démocratique et progressiste”.

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu   Ness   News






  • Envoyer