Envie d’un road-trip en Tunisie? Voici 10 enseignements tirés d’une escapade du nord au sud du pays !

Avec presque 1300 kilomètres de côtes maritimes, un désert qui s’étend à perte de vue, une faune et flore d’une grande richesse et des hôtes généreux, la Tunisie regorge de ressources naturelles et de paysages à couper le souffle.

village berbère Zriba Olya

Les envies d’évasion ou de randonnée reprennent avec le retour des températures clémentes, alors pourquoi pas s’engager dans un road trip en Tunisie?

Nous partageons avec vous dans ce qui suit 10 enseignements tirés d’un road-trip en Tunisie effectué en 12 jours par le photographe Wassim Ghozlani en compagnie de Nadhem Bchini and Amine Landoulsi. Découvrez en bonus, ces magnifiques photos de Tunisie prises par le photographe durant cette escapade:

Pour ceux qui ont suivi à travers mes photos mon petit road-trip dans les 24 gouvernorats de la Tunisie sur Facebook ou Instagram, voici les 10 principaux enseignements que j’ai pu tirer de ce trip de 12 jours et plus de 4300 Km :

1- La Tunisie dispose d’une bonne infrastructure routière (hormis la route qui relie Siliana à el Fahs et celle qui relie Zarzis à Gabès). C’est un grand acquis pour le pays. Une mention particulière pour la route entre Tamerza et Tozeur et celle entre Ain Draham et Tabarka. Il est plus que préférable d’éviter les autoroutes pour profiter de votre trip.

Route à Kebili

2- Le nombre de dos d’âne anarchiques est juste incroyable. Ils sont implantés dans des endroits inappropriés à la réduction de la vitesse et ne sont pas accompagnés de signalisation. Une source supplémentaire d’accidents de circulation.

3- La présence des agents de la police et de la Garde Nationale est très remarquable. Ils sont présents à chaque rond point. N’ayez pas « peur » de leur demander votre route si jamais vous vous perdez. Sinon la présence des kiosques qui vendent du carburant de contrebande pas loin des postes de police est juste kafkaesque.

Chott el-Jérid

4- Une certitude, les tunisiens n’ont pas perdu leur sens de l’hospitalité. Dans n’importe quel gouvernorat vous trouverez une personne qui vous offrira à boire et à manger (voir même un toit pour passer la nuit) sans même que vous le demandez. Ne refusez surtout pas l’invitation !

5- Le nombre de café que vous pouvez croisez sur la route est incalculable. Hormis le nombre, ces petits cafés sont des lieux de vie incroyable, très riches en histoires et en rencontres. C’est un passage incontournable. Le café par contre est rarement de bonne qualité.

Vieille femme à Kesra

6- Trouver des toilettes propres est un miracle. Entre les portes qui ne ferment pas, l’absence de papier, les fuites d’eau et le manque de propreté faut vraiment être très courageux pour y entrer.

7- Les photos que j’ai prises et partagées sont faites avec un téléphone portable. Ce choix permet surtout pour les portraits de casser la barrière que crée un gros reflex tout en gardant une qualité d’images interessante (avec quelques applications il est même possible de shooter en raw).

Heaven’s door… Tozeur

8- Si vous choisissez de dormir dans des hôtels sachez que la majorité des hôtels (sauf quelques uns dans les grandes villes) « offrent » malheureusement zéro room service, un accès à des restaurants plus que moyens, des chambres dignes d’appartements bas de gamme, une réception microscopique et un personnel très souvent trébuchant et maladroit. Bref un endroit pour dormir, pas un hôtel. Privilégiez les petites maisons d’hôtes et les chambres chez l’habitant.

Jeune faucon à El Haouria

9- Le tourisme « all inclusive » adopté pendant les années 60 et proposé par la majorité des hôteliers tunisiens commence à montrer ses limites dans une conjoncture touristique internationale toujours en évolution. Pire, il a tué les autres commerces parallèles à savoir restaurants, transports, artisanat, activités culturelles et divertissement etc. Il est temps d’ailleurs de commencer à distinguer tourisme et hôtellerie.

hôtel abandonné Ain Draham

10- Nous avons un pays qui regorge de curiosités naturelles et culturelles en tout genre, de sites archéologiques exceptionnels et de paysages grandioses qui déchaînent nos envies d’ailleurs. Il suffit juste de mettre une GoPro sur le tableau de board de votre voiture et de traverser la Tunisie pour tourner un documentaire incroyable qui montre la richesse de se pays.

Coucher de soleil à Tekrouna

L’essence même d’un voyage est de le partager !

Wassim Ghozlani est un photographe de renom. Il est le directeur de la Maison de l’Image en Tunisie. Il a collaboré avec plusieurs photographes reconnus comme Josef Koudelka, Patrick Zachmann, Stanley Green, Pep Bonet et Antoine d’Aguata. En tant que photographe, Wassim a reçu la mention spéciale du jury pour le Prix Arte/ Cutlog. Il a été nominé pour le prix Foam Paul Huf et le Gabriele Basilico Prize in Architecture and Landscape Photography. Il obtient la bourse AFAC Express de l’Arab Fund for Arts and Culture. Les photographies de Wassim Ghozlani ont notamment été exposées à l’Institut du Monde Arabe, aux Rencontres de Bamako et au MuCEM.

Par Wassim Ghozlani

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Chronique   Ness






  • Envoyer