Confi-Doc : 5 réalisatrices Tunisiennes éditent 5 films sur leur expérience personnelle du confinement

Le confinement imposé par la pandémie du Coronavirus pendant plus de 2 mois en Tunisie a été vécu différemment d’une personne à une autre. Les initiatives artistiques fluctuent de part et d’autre afin de garder une trace de ce qui fut une expérience exceptionnelle pour une grande partie des habitants de la planète.

Le projet Confi-Doc “Vivre aux temps du coronavirus”, initié par IMS en partenariat avec DocHouse et the Danish Arab Partnership Programme, avec la collaboration d’Inkyfada, est une de ces initiatives qui reflètent cet événement phrase de l’année 2020. Cofi-Doc expose l’expérience du confinement à travers le regard de 5 réalisatrices tunisiennes talentueuses.

Ces Cinq artistes partagent leurs pensées, leurs univers mais aussi leurs craintes et leurs peurs dans un climat d’incertitude, lit-on sur le site Inkyfada, afin de dépeindre la situation actuelle dans un monde mis à l’arrêt par le coronavirus.

Les internautes ont ainsi la possibilité de découvre les courts-métrages documentaires “Deux mot” de Baya Medhaffar, “En attendant la résurrection” de Intissar Belaid, “Le chef de gare” de Erige Sehiri,  “Paralysis” de Hinde Boujemaa et “Silencio” de Nidhal Guiga, dont la durée est entre 5 et 7 minutes. Chaque film est une vision personnelle de la réalisatrice qui le produit, filmé suivant un angle différent et en mettant l’accent sur une particularité propre ce qui fait leur diversités.

Si Hind Boujemâa, réalisatrice du long-métrage multi primé “Noura Rêve” a choisi de dialoguer avec son autre dans son film en faisant entrer le téléspectateur dans son intimité familiale, Intissar Belaid qu’on connait notamment à travers le documentaire “Pousses de Printemps” a décidé de traduire sa “Résurrection” à travers des séquences marquantes et assez angoissantes avant et pendant la période du confinement.

Erige Sehiri choisi de continuer sur la lancée de son documentaire “La voie Normale” (qui expose la vie des cheminots de la ligne 01 du réseau ferroviaire tunisien) en suivant avec sa caméra un chef de Gare à Sidi Othmane dont la vie est ponctuée par le passage des trains et qui s’est trouvée suspendue, vu les circonstances.

Les deux mots de Baya Medhaffar, la réalisatrice qu’on a connu jeune actrice du film “À peine j’ouvre les yeux” de Leyla Bouzid nous fait écouter ses conversations téléphoniques et nous entraîne dans un voyage plein d’ambiguité. Enfin, l’écrivaine et réalisatrice Nidhal Guiga nous raconte dans son film “Silencio”, ou elle se met en scène, le confinement à travers deux temps antagonistes : celui de la nature et celui de l’être humain…

Le projet Confi-Doc est lancé en Tunisie après un premier essai au Liban et vise à contribuer à la prise de conscience de la pandémie actuelle tout en racontant des histoires singulières. Vous pouvez regarder les 5 films documentaires tunisiens gratuitement sur le site https://inkyfada.com/ ou la plateforme de streaming tunisienne Artify.

Sara Tanit

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Cinema   Kult






  • Envoyer