L’université de Carthage partenaire du projet suisse African Cities Lab pour l’éducation en ligne

Des universités africaines sont partenaires d’un projet lancé par le gouvernement suisse à travers l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) pour le lancement d’une plateforme de formation en ligne dédiée à l’accompagnement du développement urbain du continent africain.

Parmi les 5 universités africaines participantes à ce projet intitulé “projet African Cities Lab” figue l’université de Carthage, selon un communiqué publié, mardi, par l’EPEL.

Les Cinq autres universités, judicieusement réparties sur le continent qui sont d’ores et déjà partie prenante : – l’Université Mohammed VI polytechnique au Maroc,

– l’Université de Cape Town en Afrique du Sud,

– l’Université de Carthage en Tunisie,

– Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST) au Ghana

– et l’Université du Rwanda. Leurs compétences seront mises à disposition pour la production des MOOCs, en français et en anglais.

« L’objectif d’African Cities Lab est de contribuer à un développement urbain durable en Afrique, grâce à des cours en ligne et des offres de formation continue pour les professionnels, résume Silvio Giroud, chargé de programme au SECO. Ce projet est le bienvenu car la thématique du développement urbain revêt une importance significative pour le SECO.»

L’initiative part du constat que les villes africaines, qui connaissent un développement extrêmement rapide, ont besoin de former davantage de spécialistes pour accompagner cette croissance afin qu’elle soit aussi durable que possible. Outre les questions d’urbanisme proprement dit, il s’agit de prendre en compte les défis en matière de mobilité urbaine, de disponibilité des ressources, de gestion de l’énergie, des eaux et de l’assainissement, ou encore d’adaptation aux conséquences du changement climatique.

Afin d’atteindre directement les personnes concernées, l’EPFL propose de développer une plate-forme de massive on-line open courses (MOOCs) sur laquelle seront rassemblés des cours destinés aux professionnels du terrain dans une première phase, avant de s’étendre aux étudiants. L’infrastructure technique sera hébergée à Sèmè City au Bénin et administrée par des responsables de projet en Afrique, avec le soutien de l’EPFL.

Sèmè City, « la Cité Internationale de l’Innnovation et du Savoir», se positionne, à travers ses programmes de formation, de recherche et d’entrepreneuriat, comme un catalyseur de solutions innovantes pour une urbanisation durable et résiliante, lit-on encore dans le communiqué de l’EPFL.

La plateforme en question sera hébergée au Bénin et administrée par des responsables de projet en Afrique, avec le soutien de l’EPFL.

Tekiano avec EPFL

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Emploi   Ness   TopNews






  • Envoyer