Lutte contre les téléphones volés en Tunisie : Le système Sajalni entre en vigueur

Un système centralisé national (CEIR-N) baptisé ” Sajalni ” visant à éradiquer la vente des téléphones mobile et des tablettes volés provenant de la contrebande et des marchés parallèles est lancé annonce le ministre des Technologies de l’information et de la communication, Fadhel Kraiem.

Selon les statistiques publiées par le Guichet Unique des TICs du Centre d’Etudes et de Recherches de Télécommunications (CERT), environ 60% des téléphones mobiles qui s’activent sur les réseaux des trois opérateurs en Tunisie proviennent de la contrebande et des marchés parallèles. Ce phénomène a des conséquences néfastes sur la protection des consommateurs, sur les réseaux des opérateurs, sur les importateurs qui opèrent conformément à la loi, et sur l’économie du pays notamment.

Dans ce contexte, le Ministère des Technologies de la Communication a délégué au CERT la responsabilité de mettre en place une solution technologique à savoir un système centralisé national (CEIR-N) qui permettra d’éradiquer l’importation illégale des téléphones mobiles et tablettes.

Ce système est constitué d’une base de données centrale pour l’enregistrement des identifiants uniques des téléphones mobiles et des tablettes (IMEI : International Mobile Equipment Identity).

Les objectifs principaux du projet “Sajalni’ sont :
– Barrer la route aux importateurs illégaux
– Lutter contre le vol des téléphones mobiles
– Limiter l’utilisation des téléphones non conformes
– Protéger l’économie et engendrer des recettes fiscales supplémentaires
– Protéger la sécurité des utilisateurs
– Protéger les réseaux publics contre les interférences qui peuvent être engendrées par l’utilisation des téléphones non conformes
– Assurer une bonne qualité de service aux utilisateurs
– Protéger le spectre national des fréquences

L’implémentation du système est partagée sur deux périodes :

-Période transitoire, du 16 au 31 décembre 2020, durant laquelle les terminaux mobiles détectés sur les réseaux en Tunisie seront automatiquement enregistrés. Pendant cette période, il suffit d’insérer une puce dans un slot de votre téléphone qui n’est pas utilisé au moins une fois.

Et si vous avez un téléphone qui n’est pas utilisé, il suffit de l’activer par l’insertion d’une puce dans tous les emplacements SIM au moins une fois.

-Période d’exploitation, durant le mois de janvier 2021, au cours de laquelle les terminaux mobiles acquis par les voies illégales et les téléphones volés seront bloqués et aussi la nécessité d’enregistrement des terminaux mobiles importés individuelle de l’étranger via le site web https://sajalni.tn
Durant cette période, il suffit d’insérer votre puce dans un téléphone acquis à travers les circuits légaux pour l’activer.

Si vous désirez acquérir un téléphone déjà utilisé, il suffit de composer le *999# pour vérifier s’il est autorisé. Dans le cas échéant, ce téléphone ne pourra pas être connecté aux réseaux publics de télécommunications.

Samsung Electronics Tunisie s’est associé au Centre d’Etudes et de Recherche des Télécommunications (CERT). Ce partenariat entre le leader mondial des appareils mobiles, Samsung Electronics, et le CERT, a pour but de sensibiliser les citoyens à adhérer au programme national « Sajalni » qui lutte contre le marché parallèle et le vol des téléphones.

Le système Sajalni permettra également de protéger l’économie et d’engendrer des recettes fiscales supplémentaires, faisant savoir que près de 3 millions de téléphones mobiles sont importés légalement en Tunisie chaque année. La loi tunisienne interdit la vente et l’utilisation des téléphones mobiles volés.

Tekiano

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Matos   Tek   TopNews






3 réflexions au sujet de « Lutte contre les téléphones volés en Tunisie : Le système Sajalni entre en vigueur »

  1. Le seul but de cette manœuvre c’est d’ouvrir le chemin d’importation des smartphones pour des lobby qui se sont rendus que ce marché était juteux, si le pays mettait un système pour parer aux fraudes fiscales aux marchés parallèles des aliments et des produits douteux qui inondent le pauvre pays et la liste est longue,

  • Envoyer