Repenser le territoire de demain : Visions d’un urbaniste tunisien engagé

En Tunisie, le citoyen demeure marginalisé dans sa ville. Il n’est pas pris en compte dans le débat politique voire public. La vie continue avec son rythme habituel. Lassés de la politique actuelle d’aménagement du territoire et d’urbanisme, les urbanistes tunisiens et leur fédération sont en grève depuis quelques jours et lancent un appel aux politiciens et aux citoyens pour repenser la ville de demain ou la ville qu’ils espèrent voir un jour.

Mais que se passe-il vraiment dans la ville ? Comment est-elle organisée, voire structurée ? Où est la place du citoyen dans tout ça ? Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (créée sous l’égide de l’union des travailleurs de Tunisie; UTT) et jeune urbaniste ambitieux qui désire faire entendre son rêve à haute voix, donne des réponses à ces questionnements et plus encore.

Malek Nasri s’est entretenue avec l’urbaniste tunisien Mohamed Ali Ragoubi sur le système actuel d’aménagement de la ville et ses visions concernant la ville tunisienne de demain.

Quelles sont les raisons qui ont poussées les urbanistes tunisiens à participer à la grève et faire un sit-in ?

J’espère qu’un statut clair pour l’urbaniste tunisien soit défini sur le plan juridique et mettre ainsi un terme au conflit de compétence entre l’architecte et l’urbaniste en qualifiant l’urbanisme d’une manière plus concise à savoir une science stratégique à part entière.

On souhaite aussi enrichir les nouveaux documents d’urbanisme pour couvrir d’autres espaces. A ce titre, le plan d’aménagement urbain doit impérativement couvrir toute l’aire urbaine.

Sur le plan institutionnel, j’estime qu’il est crucial de créer des agences de planification urbaine qui permettent de relier les outputs de toutes les institutions urbaines sur tout le territoire tunisien.

Cela permettra aussi à mettre un terme à la centralisation de l’aménagement du territoire et son organisation institutionnelle imposée par le haut et non pas décentralisée.

La création d’universités d’urbanisme dans tous les gouvernorats de la Tunisie est aussi une espérance urgente. De ce fait, la spatialisation de la politique du développement du territoire au niveau institutionnel et politique devient persistante.

La création d’un ministère de la ville garant de la politique de la ville à l’égard de la France est encore une idée à prévoir.

Quel est le rôle social que peut jouer un urbaniste ?

L’urbaniste doit devenir l’animateur de débat dans la ville. L’urbanisme est une science de communication qui couvre différentes spécialités (environnementale, sociale, économique etc.).

A ce niveau, l’urbaniste doit imaginer des solutions réalisables. C’est le médecin de la ville. Il est considéré comme l’animateur de tout débat public proposé par les citoyens.

Y’aurait-il un lien entre l’urbanisme et l’environnement ?

L’urbanisme est une science environnementale par excellence. L’urbaniste est censé faire fonctionner l’environnement pour le rendre durable. Le schéma de cohérence territoriale est d’ores et déjà un plan de planification stratégique qui prend en compte clairement l’environnement.

Les urbanistes doivent-ils participer dans la prise de décision publique ?

L’urbaniste est censé être omniprésent partout dans tous les secteurs et à toutes les échelles administratives voire dans toute la collectivité territoriale. Toute interaction homme-milieu doit faire intervenir l’urbaniste.

Existe-il de nos jours un régime décentralisé dans la gestion de la ville en Tunisie ?

La ville ne peut pas s’auto-suffire au niveau du gouvernement de son territoire par manque de ressources financiers et humains.

Quelle est la place du citoyen dans le développement de la ville ?

Elle est malheureusement inexistante. Le citoyen n’a pas participé à sa conception. D’où la nécessité de prévoir un projet territorial qui met le citoyen au cœur de la ville.

Quels sont tes rêves pour la Tunisie de demain ?

J’espère que la Tunisie pourra un jour arriver à définir l’espace public politique pour trouver les bonnes questions, les bonnes manières et les bonnes démarches en faisant appel à sa jeunesse. Je rêve d’une Tunisie ou on sacralise l’humain avant tout, que toutes les régions soient écoutées et que le train du développement arrive à démarrer.

J’imagine une ville tunisienne qui soit un exemple de ville citoyenne ou les citoyens vivent en dignité dans un milieu respectueux de l’environnement et du territoire.

Avec ces mots, Mr Mohamed Ali Ragoubi termine une longue et intéressante conversation sur la ville qu’il espère voir un jour, une ville avec un projet territorial ambitieux, mettant le citoyen comme son véritable acteur selon le principe de la démocratie participative tel que prévoit l’article 29 de la loi n°2018-29 du 9 mai 2018 relative au code des collectivités locales.

Malek Nasri

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Écolo   Ness






  • Envoyer