Parcours de Rouslen Hammami, inventeur de la 1ère voiture à air comprimé en Tunisie

Fraîchement diplômé de l’Ecole nationale des ingénieurs de Tunis (ENIT) en juin 2021, Rouslen Hammami, un jeune de 24 ans originaire du Cap Bon, vient de fabriquer et de présenter, pour la première fois en Tunisie, une voiture à air comprimé, en projet de fin d’étude (PFE).

Rouslen ne cache pas ses ambitions , d’aller encore plus loin pour développer sa petite voiture innovante. Il est ainsi, déterminé à poursuivre ses projets à l’étranger.
En effet, tandis que les stations de service du pays, lui refusent l’usage de leurs compresseurs d’air pour faire marcher sa voiture, y compris à Menzel Bouzelfa, sa ville natale, Rouslen vient d’avoir des offres de collaboration, dont une émanant d’une société étrangère.

Le projet d’immigration de Rouslen, est encouragé par ses parents. Le jeune ingénieur Tunisien a fabriqué ce petit véhicule à trois roues, dans l’objectif de réduire les émissions des gaz toxiques dans le domaine du transport, secteur le plus énergivore en Tunisie, avec la consommation de 36% du total de l’énergie finale .

L’utilisation de la technologie d’air comprimé dans le domaine du transport est apparue depuis le 19ème siècle, mais c’est une première en Tunisie. L’utilisation de cette voiture, d’une vitesse de 40 km /h, serait utile dans les zones urbaines et les plus polluées ou encore dans les hôpitaux et les endroits dangereux “, explique Rouslen avec enthousiasme.

L’idée de fabriquer une automobile a énergie propre, vient de son professeur et encadreur, Hédi Kourda, ” Lorsque Rouslen m’a sollicité pour avoir une idée de projet, je lui ai proposé, le stockage de l’énergie sous forme d’air comprimé “, affirme le professeur, qui est également, directeur du laboratoire des systèmes électriques à l’ENIT.

” Rouslen a beaucoup aimé le projet, et a pu le réussir, grâce à sa curiosité, son habilité et à toutes les connaissances acquises durant son parcours “. Pour cet encadreur, Rouslen a réalisé un exploit, et a réellement, excellé dans sa spécialité

” La principale qualité de Rouslen, c’est qu’il cherche davantage, à apprendre que d’avoir le diplôme”. Face à un problème, Rouslen ne baisse pas les bras, il essaye toujours jusqu’à trouver la solution. “, ajoute-t-il, tout fier de son étudiant.

Dans son projet ” Rouslen a concrétisé les aspects de l’économie circulaire , en inventant son véhicule à partir de la récupération des sous-systèmes usagés” note de son coté, l’encadreur financier ou bailleur de fond du projet Soufiène Kourda.

Le jeune ingénieur a créé lui-même les composantes de ce véhicule, qui est une industrie à part, moyennant un budget dérisoire de seulement 2000 dinars. “, souligne d’un ton satisfait, ce deuxième encadreur financier propriétaire d’une entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables.

Il se dit content et fier de cette réussite et de ce jeune ingénieur polyvalent capable d’aller vers d’autres horizons. Les deux encadreurs et leur étudiant viennent de soumettre à trois et aux autorités une demande de Brevet d’inventeur pour ce projet.

Soutien familial et universitaire et engagement écologique

Actif également, dans la vie associative, Rouslen a pu profiter des local du comité du Croissant rouge tunisien de Menzel Bouzelfa, dont il est le secrétaire général, pour fabriquer sa voiture, consacrant quatre mois et demi, à détacher des pièces collectées à partir des ferrailles, pour monter, avec l’aide de son père et son appui moral et financier, les mécanismes de cette voiture. Quant à sa mère, elle est d’après Rouslen ” la première personne qui a eu confiance en moi et m’a incité à se lancer dans ce projet, et de courir le risque. ”

Rouslen explique avec simplicité le fonctionnement de sa voiture: ” pour obtenir l’air comprimé et faire marcher l’engin, nous avons besoin d’électricité, qui sert à faire fonctionner le compresseur, grâce auquel on alimente le réservoir du véhicule “.

En adepte de l’énergie propre , Rouslen affirme qu’il ” est préférable de produire l’électricité à partir des panneaux photovoltaïques, que d’utiliser l’électricité produite par la STEG, cependant, cette dernière demeure généralement, moins énergivore à hauteur de 50%, par rapport aux véhicules à essence et à gasoil “.

Il souligne également, la possibilité d’utiliser un compresseur pour gonfler les pneus des autos, des motos et des vélos, comme il a procédé pour mettre en marche sa voiture.

Tekiano avec TAP

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Ness   Success Story   TopNews






  • Envoyer