Tunisie : Kais Saied gèle le parlement et révoque le chef du gouvernement: la rue s’embrase

Tard dans la soirée du dimanche 25 juillet 2021, jour du 64ème anniversaire de la République, le président tunisien Kais Saied gèle toutes les activités du parlement, lève l’immunité de tous les députés et révoque le chef du gouvernement Hichem Mechichi pour assurer la présidence du ministère public.

Photo : Ahmed Zarrouki

Kais Saied évoque lors de son allocution publique donnée à l’occasion, l’application de l’article 80 de la Constitution tunisienne après sa réunion d’urgence avec l’armée et les responsables sécuritaires.

Le chef de l’Etat décide d’activer les dispositions de l’article 80 de la Constitution stipulant qu’en cas de péril imminent menaçant l’intégrité nationale, la sécurité ou l’indépendance du pays et entravant le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, le président de la République peut prendre les mesures qu’impose l’état d’exception.

A l’annonce de cette nouvelle, les tunisiens ont bravé le couvre-feu de 20H pour exprimer leur joie et fêter cette annonce imprévue mais tant attendue et qui a été précédée par plusieurs manifestations contre le mouvement Ennahdha dans la journée.

Les rues dans plusieurs villes de Tunisie se sont embrasées et les citoyens pro Kais Saied ont envahi les espaces publiques pour danser et chanter ce qu’il considèrent comme une victoire contre les corrompus.

Un autre exemple de manifestation dans les rues la nuit du 25 juillet dans le quartier d’une banlieue de Tunis:

Dans la ville de Sousse :

Le président de la République Kaïs Saïed s’est rendu à l’avenue Habib Bourguiba de la capitale Tunis, quelques heures après son annonce de geler les travaux du Parlement pendant 30 jour. L’armée tunisienne s’est déployée à son tour et sur ordre du président devant les institutions publiques et stratégiques dans les grandes villes ainsi que l’avenue Habib Bourguiba de Tunis pour protéger les établissement de l’état, sous l’encouragement des citoyens.

 

Le président de l’ARP Rached Ghannouchi et d’autres députés de différents groupes parlementaires ont été empêchés d’accéder au Parlement dès la nuit. Ils observent actuellement un sit-in devant le siège de l’institution parlementaire. Un dispositif de sécurité renforcé a été déployé, depuis dimanche soir, aux alentours du parlement au Bardo. La circulation a été interdite aux véhicules.

Plusieurs partisans du mouvement Ennahdha se sont rassemblés devant le siège du parlement à l’appel de Rached Ghannouchi pour défendre ” la légitimité ” et dénoncer un “coup d’Etat” contre la révolution et la constitution. Ils ont brandi des slogans hostiles au président de la République Kaïs Saïed.

Des interactions ont éclaté entre des partisans d’Ennahdha et les partisans de Kais Saied. 10 ans après le déclenchement de la révolution tunisienne de 2011 par le peuple, une révolution d’un autre type commence à écrire un nouvelle page dans l’histoire de la Tunisie.

Tekiano

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Ness   Politik






  • Envoyer