Success Story, Projet Eco Explore Ain Draham : Quand la persévérance de Hiba porte ses fruits

Le prénom arabe Hibat Allah se traduit en Français par ‘Don de Dieu’, et le don de dieu de Hiba que nous avons rencontré à Ain Draham dans le cadre de son projet Eco Explore est ‘la persévérance’. La jeune femme est du genre à tomber et trébucher des dizaines de fois, mais se lève toujours et reprend ce qu’elle envisageait de faire, avec le sourire.

L’aire de repos Eco Explore Ain Draham située au cœur du village du nord-ouest Tunisien sur les hauteurs des djebels de Kroumir est un rêve que Hiba a voulu concrétiser et le voir grandir de jour en jour. Ce qui semble à première vue, un projet modeste et ordinaire aujourd’hui, n’est autre que le fruit de sacrifices et de l’implication de toute une famille, des années durant.

Sur le petit domaine familial, un petit restaurant est bâti, littéralement pierre par pierre. Il propose aux visiteurs des plats locaux confectionnés avec soin, sous la supervision de la mère de famille. Les invités ont aussi la possibilité d’acheter des produits de terroirs sains proposés par des artisans de la région. De déguster des produits de la terre collectés dans le potager sur place. Un salle polyvalente est aménagée pour abriter des réunions et des événements. Les aventureux peuvent camper sur place, dans l’espace clôturé en plein nature avec une vue imprenable sur les montagnes.

Plus qu’un restaurant et un site de campement, Eco Explore Ain Draham se présente comme un projet éco responsable, qui mise sur la récupération et le fait main et la mise en valeur des richesses existantes. L’entrepreneure tunisienne explique fièrement que la vaisselle dans laquelle les mets sont servis est celle de la famille, les tables sont ornées de mosaïques recyclés, un travail manuel auquel elle s’adonne elle-même, les banquettes et chaises sont recouverts avec du tissu récupéré…

Une petite boutique de terroirs est aménagée et propose des articles traditionnels et emblématiques de la région fruit de labeur des artisans et des agriculteurs. D’ailleurs tous les riverains sont invités à y déposer leurs articles pour les commercialiser.

La réussite de Hibat Allah Brinci cache pourtant beaucoup de déceptions. ça n’a pas été facile tous les jours pour la jeune femme, surtout les deux dernières années marquées par la crise sanitaire. Mais aussi à cause du non sérieux des clients, ce qui a obligé l’entrepreneure à n’accepter que des réservations recommandées par ses connaissances et clients fidèles, ce qui naturellement a impacté ses revenus.

Mais elle a plusieurs tours dans son sac, ce projet elle le fait pour l’amour de promouvoir sa région et il est bâti sur la terre de son père. Au moins je n’ai pas de charges de loyer rigole-t-elle et j’ai un travail à côté qui me permet de subvenir à mes besoins.

En effet, Hiba est ingénieur de formation, fondatrice d’une association d’appui à l’investissement et au développement à Jendouba, accompagnatrice des projets ESS (Économie Sociale et Solidaire) et multiplie les collaborations avec les organismes internationaux. Elle a aussi développé ses connaissances dans les domaines de l’entreprenariat et la communication.

Mais c’est surtout l’associative et le domaine du tourisme durable qui motive le plus la jeune tunisienne, en plus du désir de voir les jeunes de sa région développer leur propres initiatives. A travers son agence de services écotouristiques, elle propose également des randonnées pédestres et équestres dans les forêts notamment dans le magnifique parc national de Oued Zen ou encore la tourbière de Dar Fatma, site classé Ramsar, unique dans l’Afrique.

Hiba insiste pour rappler que le travail est porteur et que la région regorge de richesses. Ain Draham, de part ses ressources naturelles a un potentiel énorme, et les porteurs de  projets sont aidés par plusieurs sutructures et formateurs, souvent gratuitement. Seul mot d’ordre, s’investir et vouloir le changement, et Ain Draham se transformera surement un jour, en une attraction incontournable.

Sara Tanit

Lire aussi :

Parcs Ain Baccouche et Oued Zen : Que fait-on pour les valoriser et protéger leur biodiversité? 

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Ness   Success Story






  • Envoyer