Tunisie: Harcèlement sexuel lors de la manifestation du Bardo

 

Le harcèlement sexuel dans la rue et au cours des manifestations est un phénomène très répandu dans les rues d’Egypte. Ce phénomène déplaisant est en train de se répandre dans nos manifestations et sit-in en Tunisie. Des évènements qui dénotent d’un très grand nombre de présence féminine.

Au cours de la deuxième journée du sit-in Errahil, devant le siège de l’Assemblée constituante à Bardo, un événement qui a marqué la participation de plus de 25.000 manifestants selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, plusieurs jeunes filles se sont plaintes d’attouchements de la part des jeunes et des adolescents qui ont infiltré les manifestants et ont essayé de voler et lyncher ces personnes, profitant du mouvement de foule et de l’agitation générale.

D’autre part, des policiers n’hésitent pas à utiliser ces pratiques, probablement afin d’intimider les femmes et jeunes filles et les empêcher de retourner à nouveau à l’endroit ou se déroule le sit-in. Ceci s’est produit notamment lorsqu’on a essayé de disperser les manifestions tard la nuit :

yamina-harcelement

Parmi les témoignages recueillis, celui d’une jeune fille, journaliste de surcroît, qui a pu filmer son agression avec son téléphone portable. «Le policier a commencé par me toucher la poitrine puis il m’a dit un gros mot avant de me gifler, me faire tomber par terre et me tabasser…», déclare-t-elle. La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux et a suscité une grande indignation de la part des internautes:

{Facebook}530156117037641{/Facebook}

Condamner ces actions et les faire connaître participeraient activement dans la lutte contre ces agissements qui visent à casser la motivation des manifestantes et faire taire leurs voix.

 

S.B.

Lire aussi :

Le Sit-in devant l’ANC dispersé, le député Noomane Fehri gravement blessé !

“Nous sommes infiltrés”, affirment des agents de police

Print Friendly

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer