Tunisie : Mission réussie pour la 3ème édition de la Caravane Boutbila

 

boutbila-skf-2013-140Les jeunes générations ne l’ont pas connu, mais les anciens s’en souviennent comme si c’était hier. C’était la belle époque où le mois de Ramadan était accueilli à bras ouverts avec des rituels qui resteront ancrés dans notre patrimoine culturel.” Boutbila”, ça vous dit quelque chose?

Il s’agit de ce réveilleur public particulier, qui tirait les jeûneurs de leur sommeil pour leur annoncer qu’il était temps de prendre le “shour” afin de pouvoir affronter la journée de jeûne.

Boutbila, un esprit de protection du patrimoine tunisien

Avec son instrument spécial, une petite tombale, ce personnage jovial (Boutbila) qui évoque le parfum d’antan parcourrait les rues avant les premières lueurs du jour servant de réveil pendant tout au long du mois saint.

Depuis 2011, l’Agence de Marketing “Direct SKF” a ressuscité cette pratique. Ainsi, la troisième session de l’opération Boutbila, organisée en collaboration avec Le Moulin d’Or, a démarré depuis le 29 juillet dans le Grand Tunis (El Mourouj) dans un esprit de protection du patrimoine tunisien et dans la pure tradition du mois bénit de Ramadan.

Drapé dans sa tenue traditionnelle aux couleurs gaies, Boutbila a signé encore une fois son retour pour cette troisième année consécutive en arpentant nos rues. Fait spécial: cette fois-ci il ne s’est pas contenté d’appeler au shour, il le distribue lui-même.

Pour la circonstance, l’agence d’événementiels a mis les petits plats dans les grands. Pour la réussite de l’initiative, un important dispositif a été mis en place à travers un camion habillé aux couleurs ramadanesques flanqué de logos des marques partenaires.

Raviver l’image oubliée de Boutbila chez les plus jeunes

Cette caravane du bonheur a sillonné tout le Grand Tunis en distribuant ici et là la bourse du Shour, composée de cakes, jus, sticks de café, etc.

Sur le terrain, un vrai “Boutbila” est passé dans les rues, de cité en cité du Grand Tunis dans une caravane aménagée, à la sortie du “trawih”, avec son traditionnel “haya tssaharou!”.

Suivant un planning bien défini, Boutbila est non seulement allé dans les quartiers défavorisés et à forte affluence du Grand Tunis, mais aussi dans les quartiers moins défavorisés pour réinstaller l’image oubliée (ou inconnue des plus jeunes) de Boutbila, ce réveilleur d’antan propre au mois de Ramadan qui n’a pas manqué de ravir le cœur des nostalgiques. Une mission réussie pour cette troisième édition qui prendra fin le 7 août à la Goulette.

Tekiano

Print Friendly

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer