Tunisie : Lever les tabous sur les problèmes d’hygiène des jeunes filles défavorisées

On ne se rend pas compte, mais parfois de jeunes adolescentes qui vivent dans les régions pauvres et reculées de Tunisie sont obligées de ne pas aller à l’école pendant leur période menstruel. Pourquoi ? Parce que tout simplement ces jeunes filles n’ont pas les moyens de se payer des serviettes hygiéniques chaque mois…

ado-internat-tunisie

Un problème banal pour certains mais cela crée de véritables complexes pour ces filles qui ne veulent plus être sujettes à des moqueries et ne trouvent pas de solutions, hormis rester en retrait et ne pas aller à l’école pendant plusieurs jours.

Le moral, la santé et la scolarité des jeunes ados sont directement touchés!

Généralement ces jeunes filles n’en parlent pas, par timidité et utilisent de la mousse sale des vieux matelas, des tissus crasseux pour se protéger… le risque sur leur santé est accru.

Découvrez le calvaire des jeunes tunisiennes à travers ces témoignages recueillis par les étudiants d’Enactus IHEC Carthage en partenariat avec l’association “Génération Liberté” :

Parce que la santé et le bien-être des femmes rurales de notre pays est notre affaire à toutes et à tous !

L’association  Génération Liberté جيل الحرّيّة et Enactus IHEC Carthage se sont associés pour faire face à ce problème dans le cadre de l’action Wallah We Can et lancent le projet « Ecolibree », consistant à fabriquer des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables fabriquées en Tunisie (les détails ont été développés à la fin de la vidéo ci-dessus) . Cette initiative citoyenne s’inspire d’une méthode déjà éprouvée en Inde, une solution éthique, économique et rapide.

Le projet Ecolibree a vu le jour lors de la visite de l’internat de Makthar, dans le nord-ouest de la Tunisie. Dans le dortoir des filles, la mousse synthétique des matelas était arrachée. «Les filles se servent de la mousse des matelas lorsqu’elles ont leurs règles, pour se confectionner des serviettes hygiéniques», explique la responsable de l’internat.

mousse matelas

L’association estudiantine Enactus IHEC Carthage a adopté ce projet dans le cadre de ses actions portant sur le développement de l’entreprenariat. Elle a contacté des couturières habitant à Makthar, région dans laquelle se trouve l’internat où plusieurs adolescentes défavorisées souffrent de ce problème, et leur a proposé de fabriquer des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables selon un prototype prédéfini.

ecolibree-tunisie-serviettes-lavables

Cyrine Ben Necib, membre de Enactus IHEC Carthage, explique que cette collaboration permet aussi bien de proposer un emploi aux couturières chômeuses de la région de Makthar et à lutter en même temps contre la déscolarisation et le malaise des jeunes filles.

400 internats de la République sont concernés par le problème … et la vie et la poursuite de scolarité et la santé de centaines de jeunes filles tunisiennes en dépendent…

Pour plus d’informations, consultez le site internet http://ecolibree.com et les pages facebook de Enactus IHEC Carthage  https://www.facebook.com/EnactusIhecCarthage et génération liberté https://www.facebook.com/groups/actionpromogro/?fref=nf ainsi que le hashtag ‪#‎WALLAHWECAN

Sara Tanit

Lire aussi :

ENACTUS ISI : Quand un groupe d’étudiants lance des projets pour des nécessiteux

Accélérateur d’entreprises sociales iBDA : Un financement compris entre 100.000 et 600.000 dinars pour votre projet

Print Friendly

Plus :  A la une   A ne pas rater   Actu   Ness






2 réflexions au sujet de « Tunisie : Lever les tabous sur les problèmes d’hygiène des jeunes filles défavorisées »

  • Envoyer