Le sujet des droits d’auteur en Tunisie mis sur la table

Sensibiliser quant à l’importance des droits d’auteurs dans le développement de la Tunisie et une meilleure protection des droits moraux et patrimoniaux des artistes et créateurs, ce sont les thématiques qui seront abordées dans le cadre d’un projet, fruit d’un partenariat signé entre le Goethe-Institut et l’OTDAV.

Le but étant pallier les nombreuses difficultés existantes concernant le sujet des droits d’auteur.

droit auteur tunisie

C’est un projet qui se déroule en trois phases et sur trois mois (octobre/novembre/décembre) et qui réunit, autour de rencontres, de débats, de discussions et d’ateliers, les auteurs, la société civile, les régulateurs, les consommateurs, les médias ainsi que toutes les autres parties prenantes.

La première phase du projet aura lieu à Sousse du 8 au 10 octobre 2015 : elle réunira les cadres de l’OTDAV et les vingt-quatre points focaux qui la représentent dans les différentes régions de la Tunisie, autour d’un atelier de formation assuré par un expert européen. La dernière journée sera consacrée à une rencontre débat avec les artistes, les associations et les différents représentants de la société civile et des médias régionaux pour débattre des problématiques et perspectives des droits d’auteur en Tunisie.

La deuxième phase sera tenue à Tunis les 11 et 12 novembre : elle verra la participation des différents représentants du régulateur ainsi que toutes les parties prenantes professionnelles autour d’un séminaire conduit par des spécialistes européens et tunisiens.

La troisième phase se déroulera en décembre 2015 : elle aboutira à la rédaction d’un document qui formulera des propositions concrètes et opérationnelles autour de la thématique des droits d’auteur en Tunisie.

La gestion collective des droits d’auteur en Tunisie est gérée par l’Organisme tunisien des droits d’auteur et des droits voisins (OTDAV). Il s’agit ici d’un sujet délicat qui nécessite la contribution de tous les intervenants concernés, notamment les créateurs, les exploitants, la société civile, les administrations publiques et les sociétés privées.

S.B. avec communiqué

Print Friendly

Plus :  Actu   Kult   TopNews






  • Envoyer