Tournage d’un documentaire italien sur l’art de la rue au Mont Semmama

Une équipe de tournage italienne se rend ce samedi au Mont Semmama, à Kasserine, afin de réaliser un documentaire sur l’expérience culturelle entamée depuis des années sur les hautes steppes de cette zone du Centre-Est tunisien.

street-art-ghra-boys

Ce documentaire de la cinéaste italienne Gaya Vianello, est intitulé “L’art de la rue” ou “les amoureux des bancs publics”, en référence à une chanson de l’artiste français Gorge Brassens. Il vise à suivre la résistance de l’art et de la culture de rue en Tunisie et l’importance du lien entre les mouvements artistiques et l’espace public, comme processus de citoyenneté active.

Selon Adnène Helali, initiateur du premier Centre culturel montagnard au village Wassayia, l’équipe du tournage devra filmer les coulisses des répétitions en montagne du groupe de breakdance “Ghar boys” (les garçons de la grotte), un concert “Stars de Semmama” prévu le 1er novembre prochain à partir de 19h ainsi qu’un rassemblement de chants du patrimoine interprétés par des créateurs et habitants de la région.

Les répétitions des clubs de théâtre et de musique organisées provisoirement à l’école Wassayia, en attendant le parachèvement du projet du centre culturel de Djbel Semmama qui sera ouvert au mois de mars 2017, seront également filmées, ajoute la même source.

L’expérience culturelle à Mont Semmama remonte à quelques années auparavant à l’initiative d’activistes de la société civile dont en particulier l’écrivain et poète et homme de théâtre Adnène Hellali, qui ont œuvré à l’instauration de manifestations et traditions culturelles prometteuses dans la région, telles que “le fête du berger” et le groupe “Ghar boys”.

Adnène Hellali a déclaré à l’agence TAP que le tournage de ce documentaire au Mont Semmama constituera un nouveau succès pour une expérience culturelle en montagne semée d’embûches.

Cet événement intervient suite à la manifestation en hommage aux bergers de Semmama organisée au festival de Chanac en France et les multiples reportages des médias étrangers autour “du projet culturel d’une montagne minée et, qui depuis déjà deux ans, milite, par le biais de l’art et de la culture, contre l’exode rural et le terrorisme”, a ajouté ce jeune promoteur culturel.

L’équipe du tournage se rendra ce dimanche 30 octobre au village de Gardaya à Nabeul afin de filmer l’expérience “Ciné ferme” organisée d’après une idée de Adnène Helali, également fondateur du festival international du printemps de Sbeïtla.

Tekiano avec tap

Print Friendly

Plus :  Cinema   Kult   TopNews






  • Envoyer