Tunisie : Amour fast-food sur Facebook

En Tunisie, Facebook est devenu le premier lieu de rencontres pas toujours aussi innocentes. Filles de joie, harceleurs, et allumeuses se bousculent sur la toile du réseau social aux allures de tue-l’amour. Gare aux abus !

Tunisie : Amour fast-food sur FacebookAvec plus de 790.000 utilisateurs le réseau social facebook, est devenu en Tunisie le premier lieu de rencontre. Laissant loin derrière lui les sites de chat style amitie.fr et meetic.fr, jadis en vogue dans les Publinets. Mais si la première vocation de facebook est d’interconnecter les gens du monde entier, il peut aussi contribuer à défaire des liens vraiment pas hypertextes. Pour certains, il serait même une cause de désocialisation : le comble pour un réseau social ! De quoi alimenter les colonnes des rubriques société des plus grands médias. Comme c’est le cas d’une britannique de 35 ans qui a appris son divorce grâce à… facebook par le biais d’un ami qui a lu le «scoop» sur le statut du profil de son mari.

On l’aura compris. Les effets parfois délétères de ce réseau social ne se limitent pas seulement au monde virtuel. Le réseau empiète parfois sur notre quotidien, et peut se révéler particulièrement envahissant. Même les séries télé tunisiennes l’ont carrément intégré dans leurs scenarios. C’est le cas du feuilleton Njoum Ellil, diffusé par la chaine de télé Hannibal TV pendant le mois saint de Ramadan, où on voit la mère de famille passer son temps à tchatter sur facebook en se cachant derrière le profil d’une jeune fille célibataire pour inciter à la drague les mâles en manque d’amour. Un jeu qui lui a couté la stabilité de son couple.

Harcèlement sur réseau social

La différence entre la drague en réel et la drague sur facebook ? Aucune selon Lili dans son monde magique … ou presque. La seule différence est que les dragueurs et les allumeuses peuvent se permettre d’harceler tout en restant dans l’anonymat. Pour cette bloggeuse, facebook est un «marché par excellence dans lequel se mélange fruits et légumes… Poulettes et bœufs … Et même des chattes et des chiens : les errants de service par excellence».


Tunisie : Amour fast-food sur Facebook

Sur le même post, Lili s’est posée la question sur le statut «Je suis en couple mais c’est compliqué» qu’on trouve sur quelques profils facebook : «Brabbi ! Qu’est ce que cela veut dire ?» se demande-t-elle «la seule traduction qui me vient à l’esprit c’est : « Je suis fidèle mais je peux batifoler
[mot préféré par la rédaction] à droite et à gauche» !» Elle cite un prototype de discussion qui revient souvent dans les apartés du messager de facebook « Lui : Que penses tu de la relation homme femme ? Elle : !?? Lui : Non tu n’as pas compris je voudrais parler de sexe… ».

Filles de joie en ligne

Les faits évoqués par notre bloggeuse seraient-ils isolés ? Ou les Tunisiens de facebook sont réellement à ce point «obsédés» ? Une rapide recherche sur le réseau permet de mieux cerner la réponse à ces questions. Ainsi, un groupe qui annonce d’entrée la couleur, puisque intitulé filles… disons de «joie» à la sauce tunisienne comptabilise pas moins de 1.300 membres, exclusivement dédiés à des rencontres «chaudes».

Un autre groupe comptant plus de 450 affiliés est même dédié aux libertins et libertines tunisiens mais discrets… même mariés. Les nombres d’adhérents à ce genre de groupe qui se multiplient sur facebook prouve si besoin est, que les usages des réseaux sociaux ne sont pas toujours innocents. En d’autres termes, gare aux abus. Faudra-t-il sortir couvert, même sur facebook ?

Welid Naffati

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer