Tunisie : La moitié des diplômés de Sidi Bouzid sont chômeurs

Une étude sur l’entrepreneuriat, le développement régional et l’emploi a été présentée, lundi, à la Maison de l’entreprise à Tunis. Elle a été réalisée par le Centre des études économiques de l’Institut arabe des chefs d’entreprises en collaboration avec la Fondation Friedrich Naumann. Autant dire que les chiffres révélés sont terrifiants.

L’étude relève l’acuité du problème du chômage dans les régions défavorisées.
Le taux de chômage atteint 40 pc dans le gouvernorat du Kef et dépasse sensiblement ce seuil dans le gouvernorat de Gafsa, contre 30 pc à l’échelle nationale.
Quant au taux de chômage des diplômés du supérieur, il s’élève, en mai 2011, à 48 pc dans le gouvernorat de Sidi Bouzid et à 40 pc dans le gouvernorat du Kef.
Les femmes actives quel que soit leur âge ont, généralement, moins de chance d’être employées que les hommes.
Le taux d’urbanisation dans ces régions est assez faible: 40 pc pour le gouvernorat de Kasserine, 32 pc pour Kairouan et 25 pc pour Sidi Bouzid. Le tissu industriel, ajoute l’étude, est encore modeste dans ces régions.
Plusieurs promoteurs ne parviennent pas à pérenniser leurs projets en raison de l’insuffisance des moyens financiers.
Selon la même étude, les principaux facteurs à l’origine du déficit d’entrepreneuriat régional sont l’altération du climat de confiance (corruption et risque sécuritaire), l’insuffisance des incitations qui encouragent l’installation à propre compte, la médiocrité de l’infrastructure, la réticence des banques à accorder des crédits et enfin un climat d’affaires défavorable par rapport à celui dans les régions côtières.
Pour palier à ces insuffisances, l’étude préconise de remédier au déficit de gouvernance locale, de mettre en place une stratégie de régulation régionale et d’engager des investissements lourds dans l’infrastructure. Ces investissements, précise l’étude, sont générateurs de sources de revenu.

Source : Tap

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu   News






  • Envoyer