PUBG : Le Bon, la brute et le truand…

Prenez une dose de H1Z1, un peu de GTA 5, un soupçon de Call of Duty, mixez le tout et vous obtiendrez Players unknown Battleground (PUBG pour les intimes). Aujourd’hui, nous n’allons pas revenir sur les spécificités graphiques ou sur le moteur de ce jeu en ligne  addictif, qui continue de susciter l’intérêt des joueurs du monde entier. Mais au fait, pourquoi fait-il partie des titres phares du moment ? Analyse…

En faisant abstraction de la dynamique du jeu et de ses caractéristiques techniques, il va de soit que PUBG procure un rush d’adrénaline jamais ressenti auparavant ! Chaque situation de combat est unique, jamais répétitive comme la plupart des autres FPS multijoueurs.

PUBG : Une expérience addictive!

Pour vivre cette expérience, il suffit de débarquer seul ou entre amis sur l’ile d’Erangel et de Miramar (la dernière map de type farwest, disponible dans la version 1.0 du jeu à partir du 20 décembre 2017) , parcourir leurs pleines étendues, goûter aux sifflements des balles, aux explosions de la «red zone» et aux courses-poursuites dignes des derniers James Bond ! Les rencontres inévitables entre les joueurs, ce moment fatidique dont seule l’expérience (et parfois la chance) déterminera l’issue de la bataille, procure une sensation unique, qui rendra accro dès les premières heures. Et c’est cette sensation que les joueurs de profils spécifiques (CS Go, COD, Battlefied) recherchent justement…

On en arrive presque à comparer PUBG à un certain C.S 1.6 à sa sortie en 2000, non pas en qualité de jeux, mais en terme de notoriété exponentielle, notamment depuis sa sortie le 12 décembre 2017 sur la console Xbox One, à la demande de la communauté des joueurs…

Des joueurs aux profils différents…

Autre point assez intéressant : La relation entre chaque joueur qui nous fait vivre au fil des parties, des situations pour le moins rocambolesques (courses poursuites, vols planés, combats à mains nues…). Dans cet imbroglio presque improbable, on a, jusqu’à présent,  identifié quelques types de joueurs (qui se reconnaîtront d’ailleurs à coups sur) :

Les gentils : prêts à tout pour faire plaisir, y compris à partager avec vous leur équipement et la moitié de leurs munition. Bref, de vrais compagnons de guerre sur qui compter !

Les traitres : Eux, ils vendraient leur propre mère pour un paquet de 30 balles de 5.56 ! Parfois, en jouant avec de squad improvisées (avec des joueurs que vous ne connaissiez pas) vous aurez de fortes chances de tomber sur des joueurs imbus de leur personne, qui n’hésiteront pas à vous exécuter froidement pour s’approprier votre équipement. D’ailleurs, plusieurs cas de joueurs ayant pratiqué le team kill ont été bannis…

Les kikos : Qui mettent parfois 10 minutes à sauter des obstacles, qui se trompent à chaque fois de touches ou qui tirent sur leurs propres amis par mégarde…

Les pros : Eux ils sont prêts à combattre dans n’importe quelle situation et certains n’hésitent pas à poursuivre tous les joueurs de la map, à la recherche d’un maximum de frag. Ils savent gérer à la perfection chaque arme et plus particulièrement la Kar98 qu’ils manient à merveille en pouvant par exemple,  effectuer un headshot à plus de 300 mètres  ou en mettant à terre trois ennemis avec un seul pistolet…

Les proner’s  (de l’anglais to prone = à plat ventre) : Ils ont la particularité d’agacer plus d’un joueur. Leur spécialité ? Ils restent aplatis dans l’herbe toute une demi-heure sans bouger et attendent le moment opportun pour exécuter d’une balle en pleine tête un joueur équipé en level 3  gilet et helmet et ayant totalisé 18 kill…

Les chanceux : Vous connaissez surement un gars qui a déjà gagné une partie juste avec un fusil à pompe ou une bâtée ! Se trouvant au bon moment, au bon endroit, ces joueurs puisent leur victoire inespérée grâce à leur bonne étoile…

Les cheaters : Honnis aussi bien par les joueurs que par les développeurs du jeu,  ces tricheurs ont recours à des logiciels tiers interdits qui leurs confèrent un avantage sur le reste des joueurs (aides à la visée, invulnérabilité, déplacement rapide, téléportation…).

Les développeurs essaient tant bien que mal de combattre ce phénomène qui nuit gravement à l’ambiance de PUBG en effectuant régulièrement des mises à jour qui désactivent ces logiciels de triche.

A lire:

PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUNDS : Trucs et astuces pour survivre

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Games   Tek






  • Envoyer