Dachra: La passion et la persévérance d’Abdelhamid Bouchnak conjuguées dans un film captivant

Salle comble pour l’avant-première du long-métrage d’épouvante 100% tunisien, le film ‘Dachra’ d’Abdelhamid Bouchnak.  La célébration du centenaire de l’Espérance Sportive de Tunis, qui s’est déroulée juste dans le parc mitoyen à la Cité de la culture de Tunis, n’a pas empêché les cinéphiles de venir en masse, pour tester une montée d’adrénaline made in Tunisia.

Le jeune réalisateur, qui a déjà à son actif le court-métrage “Le Bonbon”, a fait patienter les spectateurs en attendant la projection du film en leur exprimant tout son bonheur et sa fierté de voir la prestigieuse salle de l’opéra, qui peut accueillir jusqu’à 1.800 personnes aussi pleine!

Abdelhamid Bouchnak a tenu à saluer son “équipe de malades” pour tous les sacrifices qu’ils ont fait pour que le film puisse voir le jour. A la même date l’année dernière, les acteurs et l’équipe technique se gelaient et se chauffaient au feu du bois dans la forêt d’Ain Draham. Il a pris un risque pour mener cette aventure à bout. “Je conseille toute personne de s’accrocher à ses rêves et de n’attendre aucune aide… d’oser sauter dans le vide et avoir confiance en soi et en son équipe… On va continuer à vous vendre du rêve”, confie-t-il.

Le film Dachra tient ses promesses et peut se hisser au niveau des longs-métrages internationaux du genre. Des techniques maîtrisées, une atmosphère et un cadre de tournage universel qui éloigne celui qui découvre un film tunisien des clichés et facilite l’identification. La sauce tunisienne avec laquelle il est mélangé fait que le spectateur tunisien s’imprègne totalement dans l’ambiance du film, s’y retrouve et s’y voit facilement.

Bande-annonce du film Dachra

On y découvre Yasmine (Yasmine Dimassi), une jeune étudiante en journalisme qui décide avec deux de ses amis, Walid et Bilel ( Aziz Jbali et Bilel Slatnia), de documenter sur un fait divers sordide sans avertir son grand-père (Bahri Rahali). Ils enquêtent sur une femme, dont l’histoire a défrayé la chronique quelques années auparavant, internée dans un hôpital psychiatrique et soupçonnée d’être une sorcière. Le trio se retrouve au cœur d’une sombre histoire de sorcellerie et sciences occultes inspirées de la réalité et qui trouvent leurs origines dans les croyances populaires qui pullulent le Maghreb.

Le film a le mérite de ne pas stresser le cinéphile durant ses presque 2H de projection. Il est entrecoupé de plusieurs échanges drôles entre les personnages (interprétés par des acteurs dont la plupart sont méconnus du grand public) qui déglacent l’ambiance et permettent de reprendre son souffle entre deux frissons.

Le réalisateur a chargé son film de clins d’œil et références que ce soit pour des films d’horreur célèbres et classiques qui l’ont marqué et qu’on peut facilement deviner (Projet Blair Witch, Le Rideau déchiré d’Alfred Hitchcock, Jeepers Creepers…. ) que pour des anecdotes réelles et des situations qu’il a tenu à souligner. Mais cela n’empêche que le film Dachra, qui n’a bénéficié d’aucune subvention externe ou aide à la production, se détache du paysage cinématographique tunisien et se positionne comme unique et singulier, et ce même au niveau du cinéma arabe.

Le film Dachra de Abdelhamid Bouchnak sera projeté au cinéma Le Rio de Tunis, CinéMadart de Carthage, Amilcar El Manar, cinéma ABC, Ciné Star Monastir, cinéma Pathé Tunisie et plein d’autres salles à partir du mercredi 23 janvier 2019.

Nous vous informerons bientôt des dates et horaires des projections du film Dachra dans les différentes salles de Tunisie.

Sara Tanit

Autour du film Dachra :

Le film tunisien “Dachra” clôturera la 33e Semaine Internationale de la Critique à Venise de 2018

Film “Le Bonbon” d’Abdelhamid Bouchneq au festival international du film court à Los Angeles

 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Cinema   Kult






  • Envoyer