Tara: Petite Goelette, grande mission, Lutter contre la pollution plastique en Méditerranée

La Goélette scientifique Tara a accosté en terre tunisienne durant deux jours dans le port de Gammarth, du 20 au 22 octobre 2019, dans le cadre de l’expédition maritime menée par la fondation Tara Océan qui sonde l’ampleur de la pollution plastique en méditerranée et dans l’Océan. Cette escale qui s’insère dans le cadre du dernier événement de l’agenda de La Saison Bleue 2019, fut aussi l’occasion de faire connaitre les actions menées avec le réseau Boyond Plastic Med (BeMed) en Tunisie.

©Lucas Blijdorp

La Fondation Tara Océan mène actuellement des recherches d’ampleur sur l’Océan et la
pollution plastique pour comprendre son impact sur la biodiversité marine, en partenariat avec des instituts de recherches internationaux. Après une première escale au port de Bizerte en septembre 2014, la goélette Tara revient en Tunisie 5 ans après et poursuit ses recherches avec la Mission Microplastiques 2019 dédiée à l’étude de l’impact du plastique sur l’écosystème marin.

Cette nouvelle mission se poursuit avec l’étude des grands fleuves du pourtour Méditerranéen (Ebre, Tibre, Rhône) et d’Europe. Car aujourd’hui c’est l’origine des pollutions qui intéresse les scientifiques à bord de Tara. Parmi les constats dégagés au cours de cette mission:

–  80% des déchets retrouvés en mer viennent des terres. Cela représente 8 millions de tonnes par an au niveau mondial, soit 1 camion-benne par minute selon les estimations.

– En 2019, on a autant de vie que de plastique dans la mer. Le nombre d’êtres vivants marins équivalut au nombre de particules plastiques qui sévissent dans les mers.

– 94 % des plastiques retrouvés dans les eaux de surface sont petits comme des grains de riz. On parle de
microplastiques (<5 mm).

– Un poisson a une chance sur deux de manger un morceau de plancton qu’un morceau de plastique. Il existe autant de microplastiques que de zooplancton.

– Parmi les principales matières retrouvées en mer, il y’a le polyamide qui provient essentiellement des filets de pêche et du textile et le polyéthylène issu des emballages en plastique.

Les objectifs scientifiques doivent permettre d’identifier l’origine des pollutions, de comprendre leur dispersion de la terre vers la mer, de prédire leur devenir et d’évaluer l’impact sur la biodiversité et la santé. Nicolas Bin, capitaine de Tara parle de la mission du bateau scientifique qui a fait escale à Gammarth :

Cette escale a été l’occasion de présenter la mission en cours mais aussi de partager les actions menées par le réseau Beyond Plastic Med – BeMed – (fondée par la Fondation Prince Albert II de Monaco, la Fondation Tara Océan, Surfrider Foundation Europe, la Fondation MAVA et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) ) en Tunisie.

Le réseau BeMed, partenaire de TARA dans la lutte contre le fléau plastique lance un appel  à Micro-initiatives 2019

BEYOND PLASTIC MED (BeMed) est une association qui lutte contre la pollution plastique en Méditerranée.  BeMed se donne pour objectif de développer et coordonner un réseau d’acteurs locaux engagés contre la pollution plastique afin de favoriser le partage d’expérience et de connaissances et de renforcer l’efficacité des actions à l’échelle de la Méditerranée.

Depuis 2015, BeMed a soutenu 38 initiatives de terrain dans 12 pays du bassin méditerranéen. Les 2 initiatives entreprises en Tunisie sont développées avec AJEM l’Association Jlij pour l’environnement marin à Djerba et Tunisie recyclage.

L’appel à micro-initiatives de BeMed est ouvert ! Vous avez jusqu’au 1 janvier 2020 pour candidater (beyondplasticmed.org). Ce 4ème appel à micro-initiatives a été lancé à bord de Tara et permettra de financer des projets sur le bassin Méditerranéen, à hauteur de 10.000 €.

Dans le cadre d’un développement futur de BeMed, Tunis est une ville côtière et touristique pressentie pour devenir un territoire pilote dans la lutte contre la pollution plastique en Méditerranée.

Sara Tanit

Lire aussi :

Tunisie : Le flux quotidien de débris plastiques atteint 11,9 kg /km à Bizerte & 5 kg/km à Hammamet (Rapport)

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu   Ness






  • Envoyer