Jazz à Carthage 2015 : inauguration classe avec Yacine Boulares. Irma a mis le feu !

Le rideau s’est levé sur la 10ème édition du festival Jazz à Carthage, une inauguration qui s’est faite en grandes pompes, un public présent en avance pour avoir les meilleures places, un palais des congrès convivial, jovial et une sécurité hautement renforcée pour qu’il n’y ait de place que pour l’appréciation d’une belle musique. yacine-boulares-jazz

Yacine Boulares, le plus tunisien des jazzmen Newyorkais

Le coup de départ de Jazz à Carthage 2015 a été donné par Yacine Boulares, un jeune saxophoniste franco tunisien accompagné de sa bande. Ce prodige du jazz, un des musiciens tunisiens les plus en vue sur la scène internationale, a su séduire les plus hésitants et faire taper des mains les plus impatients.

Le trio composé de lui-même en plus d’un contrebassiste et un batteur fait tache avec la formule coutumière des groupes de jazz incluant habituellement le piano .Ces musiciens osent et réinventent les aires, en faisant endosser par exemple les couleurs du jazz à un mouwachah arabo-andalou « Lamma bada yatathanna », un réarrangement surprenant qui exporte le charme oriental outre atlantique.
Le meneur Yacine Boulares a mis en avant ses talents de saxophoniste virtuose avec des performances solos exprimant toute sa fougue et son énergie, faisant vibrer le public qui a répondu avec des applaudissements détonantes. Une belle découverte pour beaucoup qui sont venus particulièrement pour la douce ‘Irma’.

La douce Irma et le public se réveille

La deuxième partie de soirée fut menée par Irma, la franco camerounaise, dotée de ses guitares, a imposé son énergie et chaleur tout de suite dans la salle et au-delà. Une entrée envoutante qui s’est suivie par des rythmes plus véloces et des reprises de tubes. « Rolling in the Deep », « no diggity » ou encore des chansons de  Mickael Jackson, une passion envers le chanteur américain qu’elle ne cache pas en osant même un moonwalk sur scène.
« J’aurais prévu plus de reprises si seulement je savais que je serais face à une si brave chorale » a-t-elle lancé au public tunisois qu’elle a promis de remercier un à un s’il le faut à la fin du concert tant elle a été enchanté par sa réaction et sa réactivité. Et elle l’a fait quand même chanté en chœur sur les aires de son excellent tube « I know » de l’album « Letter to the World ».
Découvrez dans la vidéo qui suit un retour sur la première soirée de Jazz à Carthage 2015 :

Sara Tanit

Lire aussi :
10ème édition de Jazz à Carthage by Ooredoo du 08 au 19 avril : Le Programme

Print Friendly

Plus :  A la une   Actu   Jazz à Carthage   Kult






  • Envoyer