8 courts métrages tunisiens au “Lumière sur” à Paris

Le cinéma tunisien est au programme de la deuxième édition «Lumières sur», une thématique initiée par la Fondation de la Maison de Tunisie à Paris qui verra la projection de huit courts métrages tunisiens, et ce le samedi 26 septembre à 18 heures.

lumiere-sur-propaganda-film-2015

Dédiée aux artistes, musiciens et cinéastes, cette manifestation a choisi, la boite de production tunisienne « Propaganda Production» pour présenter au public parisien les courts métrages, dont un documentaire et 7 fictions, produits entre 2010 et 2015.

A l’affiche de «Lumières sur», le film documentaire «La Goulette année Zéro» de Olfa Chakroun (37mn54/2013).

Synopsis : LA GOULETTE, zone de la banlieue nord de Tunis, a été victime d’une importante spoliation sous la dictature, tant au niveau matériel que culturel. Nous écoutons la parole des Goulettois (en majorité pauvres) et des gens de métiers (pêcheurs, commerçants, restaurateurs) qui restent encore maintenant menacés de quitter leurs espaces de vie. Le film donne à comprendre que la richesse de la Goulette et de son patrimoine sont étroitement liés à l’ouverture, la mixité, le cosmopolitisme qui ne semble pas être à l’ordre du jour dans la période actuelle

«Condamnations» de Walid Mattar (16mn27/2010)

Synopsis : Janvier 2009, banlieue de Tunis. Dans un café de quartier, un petit écran de télévision est le centre de toutes les attentions, ou de toutes les projections. L’attaque de la bande de Gaza par Israël fait suite à des matchs de football. Les mêmes oisivetés, les mêmes banalités, les mêmes disputes sérieuses sans véritable engagement, la même utilisation de l’idéologie et de la religion pour combler le vide des individus face à leur liberté.

«Tout est bien qui finit bien» de Mohamed Ben Becher (10mn52/2012) :

Synopsis : Dans un bar, des amis discutent au sujet du mariage … Deux d’entre eux se projetent dans ses illusions et déceptions.

«Barbarnous» de Badi Chouka (15mn36/2013):

Synopsis : Entre une femme mal dans sa peau, et la présence étouffante de sa belle mère qui croit q’un démon hante ses nuits, Mourad eut un jour une idée pour changer son quotidien…

«Un conte contemporain» de Sadri Jemail (17mn46/ 2013) :

Synopsis : Le jour se lève, un homme lit une lettre, une barque de pêche rentre du large. Une femme cherche un visage, des anonymes marchent dans les rues. Le vent souffle, des bâtiments se construisent. Une femme ramasse des vêtements, une fille cherche un regard. Une chaise vide. Le doux murmures des vagues.

«4466» de Fahd Chebbi (10mn49/2014) :

Synopsis: Un chauffeur de taxi passe une matinée très éprouvante…

«Roméo a épousé Juliette» de Hinde Boujemaa (17mn51/2014), le film a remporté le prix du jury au festival du Film Méditerranéen d’Alexandrie

Synopsis :” Quand l’amour qui les liait autrefois est soumis à la volonté de temps. Quand ce que nous avons de plus beau se transforme et devient fastidieux. Et quand la vie devient lassitude »

«Ghassra» de Jamil Najjar» (25mn/2015 ):

Synopsis : Arbi (Chauffeur de taxi) a une envie pressante, il choisit un arbre pour uriner, mais de surprenantes aventures l’y attendent.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles, informe la Fondation qui œuvre, entre autres, à la promotion de la culture et de l’art tunisiens dans la région parisienne.

Tekiano

Lire aussi :

Trois prix pour la Tunisie au festival du Film Méditerranéen d’Alexandrie
Deux films tunisiens à la compétition féminine du Festival international du film de Bagdad

Print Friendly

Plus :  Actu   Cinema   Kult   TopNews






  • Envoyer