Le prophète Mohammed n’apparait pas dans le film iranien “Muhammed, le messager de Dieu”

Le film iranien “Muhammed, le messager de Dieu” sur l’enfance du prophète du réalisateur par Majid Majidi, dont la projection était prévue le 21 septembre au cinéma le Colisée à Tunis, a suscité une grande polémique en Tunisie et plusieurs réactions opposées ou approuvant sa projection dans les salles de cinéma.

film-muhammed-iran

Parmi les réactions qui ont vivement critiqué la projection de ce long métrage produit en 2015, et premier volet d’une trilogie consacrée à la vie du prophète Mohamed, le parti Tayar El Mahaba qui a dénoncé, dans un communiqué, toute représentation du prophète et a appelé aussi le ministre de la Culture à retirer l’autorisation de projection du film et le mufti à publier un communiqué interdisant la projection du film.

D’autres parties ont critiqué l’interdiction de la projection du film qui représente en soi une atteinte à la liberté d’expression, un droit garanti par la constitution Tunisienne.

Ibrahim Ltaief, directeur des journées cinématographiques de Carthage (JCC) a indiqué à l’Agence TAP que le public a le droit de regarder toute œuvre cinématographique ou artistique. le seul juge de l’importance de ce film, a-t-il dit, est le public ajoutant que le prophète Mohamed n’est pas incarné dans le film.

Letaief a rappelé également les réactions violentes qui ont précédé la projection du film marocain “Much Loved” de Nabil Ayouche lors de la 26ème édition des JCC, lequel a connu une affluence remarquable et inattendue de la part du public, insistant sur la nécessité de s’attacher au droit de projection et à laisser au public le libre choix. “la liberté de la créativité et de l’art doivent vaincre à tous les coups”, a-t-il dit.

De son côté, Ridha Turki, producteur, a souligné que ce film raconte une période bien précise de l’histoire de l’Islam comme le Film “Arissala” (le messager) de Mustapha Akkad, projeté plusieurs fois et diffusé sur les chaines de télévision en plus des feuilletons iraniens sur la vie des messagers dont la diffusion n’a jamais été contestée. “La liberté d’expression est un nouvel acquis qu’il faut préserver en Tunisie”, a-t-il ajouté.

Le membre de la chambre nationale des producteurs de films, Radhi Trimech a mis l’accent sur l’impératif de défendre la liberté d’expression, affirmant qu’un long combat a été mené depuis les années soixante pour acquérir ce droit et qu’il n’est pas question de l’abandonner aujourd’hui. Selon son avis, la position du ministère des affaires culturelles est ambiguë.

Le critique cinématographique Nasser Sardi a rappelé qu’il a assisté à une journée du tournage du film iranien et a remarqué les grands efforts et moyens déployés dans la réalisation de ce film, rappelant à cet effet que le prophète Mohammed n’apparait pas dans le film.

“Qui est responsable de l’interdiction de la projection du film et de la sortie de cette œuvre au public?” s’est-il indigné, précisant qu’avec les nouvelles technologies et l’internet, “le film sera disponible en ligne et personne ne peut l’interdire”.

Lasaad Goubantini, propriétaire de la salle de cinéma “Le Colisée” a affirmé qu’il a reçu des menaces directes de la part d’un groupe d’inconnus qui ont menacé de s’attaquer à la salle au cas où il insiste sur la projection du film, ce qui l’a obligé à annuler le contrat. Il a par ailleurs souligné que le réalisateur iranien Majid Majidi a confirmé sa présence dans les prochains jours pour assurer la promotion du film en Tunisie.

Avec un budget d’environ 40 millions de dollars (34 millions d’euros), en partie financé par l’Etat, “Muhammed, le messager de Dieu ” est le long-métrage le plus cher de l’histoire du cinéma iranien. Une superproduction qui a nécessité sept années de production ainsi que la reconstitution, au sud de Téhéran, de la ville de La Mecque.

Tekiano avec tap

Lire aussi :

Avant première du Film iranien « Muhammad, le messager de Dieu », le 21 septembre au Colisée (Trailer)

Le Film iranien « Muhammad, le messager de Dieu » n’a pas eu l’autorisation de projection dans les salles de cinéma tunisiennes

Print Friendly

Plus :  Cinema   Kult   TopNews






  • Envoyer